Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2016 2 10 /05 /mai /2016 15:38
Critique - The mortal instruments tome 1 : La cité des ténèbres

Suite au visionnage de la série que j'ai apprécié, et après avoir lu un tas de critiques disant que cette série était vraiment mauvaise en comparaison des livres, j'ai décidé de m'y lancer.

Résumé du livre

Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d'un seul coup! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôle fatal à jouer.

Mon avis

Ce type de lecture n'est, en général, pas du tout mon type. Mais n'ayant pas lu depuis un moment et voulant me remettre dans le bain, je me suis dit que ce serait parfait pour aller en douceur. Je ne cache pas que mes a priori étaient nombreux quant au côté romance mêlé de fantastique. Néanmoins, la série m'ayant plu, j'ai décidé de mettre tout ça de côté afin de me lancer.

L'histoire se passe donc à New York où une jeune fille, Clary, découvre lors d'une soirée en ville que le monde qu'elle croyait connaître cachait bien des mystères. De fil en aiguille, elle apprends l'existence des "Chasseurs d'ombres" qui détruisent les démons afin de protéger l'humanité dont visiblement elle ferait partie sans le savoir. De plus, sa mère a été enlevée et elle doit se plonger dans cet univers afin de la sauver, et d'en apprendre plus sur elle-même. Elle sera accompagnée de Simon, son meilleur ami, ainsi que de ses nouvelles connaissances parmi les chasseurs d'ombre, Jace, Alec, Isabelle et Hodge.

L'histoire est assez vite prenante, du moins après avoir passé le début où on reçoit beaucoup d'informations à assimiler en une seule fois. L'histoire passe entre des moments de discussions, des moments d'action ainsi que d'autres moments de détente et d'humour assez aisément ce qui rend la lecture légère et pas lourde. Au départ, j'avais peur du côté romance et des scènes entre les deux personnages principaux. Heureusement, le récit se concentre davantage sur l'histoire même que sur les amourettes des adolescents.

Concernant les personnages, l'histoire se concentre énormément sur Clary et Jace pour ce premier tome. Clary est un personnage intéressant car, comme nous, elle découvre cet univers. Elle est malgré tout créative et cherche des solutions afin de sauver sa mère. Jace m'insupporte assez, il a un caractère sarcastique et blasé. Certes, il évolue avec le temps, et c'est une manière de se protéger mais je n'arrive pas à l'apprécier. Alec et Isabelle ont des caractères complémentaires, et même si on ne les as pas encore beaucoup vus, je ne peux que les apprécier. Pareil pour Simon. J'aimerais aussi en savoir plus sur Magnus Bane qui était mon personnage favori dans la série.

L'histoire reste assez banale pour un récit fantastique mais je pense que l'univers peut apporter pas mal de piste d'histoire et de possibilités, je reste donc impatiente de connaître la suite.

Published by lalynx
commenter cet article
24 juillet 2015 5 24 /07 /juillet /2015 16:24

Bonjour à tous,

après 2 ans d'absence, je vous annonce que je reprends mon blog, j'y insèrerai maintenant aussi des critiques de jeux vidéos et de films...

En espérant ne plus devoir abandonner le blog aussi longtemps !

A bientôt !

Published by lalynx
commenter cet article
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 16:26

Les coeurs fêlés est un roman écrit par Gayle Forman racontant l'histoire d'une fille, Brit, qui se retrouve dans un camp de redressement.

http://a134.idata.over-blog.com/313x500/1/10/54/32/MES-LIVRES/LES-COEURS-FELES.jpg

Résumé du livre :

N'avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n'êtes pas folle mais pù personne autour de vous ne semble du même avis ?

Pour Brit, seize ans, ce cauchemar devient réalité le jour où son père la conduit de force à Red Rock, centre qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n'existent que dans la tête de son père.

Dans cet enfer elle se raccroche à des amies qui vont l'empêcher de sombrer dans la folie. Des amies qui vont l'aider à survivre. Ensemble, elles vont résister.

http://famouswonders.com/wp-content/uploads/2009/12/Red-Rock.jpg

Mon avis :

Les coeurs fêlés est un roman qui avait attiré mon regard il y a longtemps et que j'ai acheté sur un coup de tête, un bon vu que je l'ai lu d'une traite et avec plaisir. Il fait découvrir des adolescentes actuelles avec des problèmes certes réels mais pas grave et qui sont pour la plupart assez normaux des filles de cet âge là. Les situations du livre sont révoltantes et donnent envie d'aller soi-même dans ce fameux Red rock pour changer les choses.

 

On suit l'histoire de Brit, une fille de 16 ans qui joue de la guitare dans un groupe rock/punk et se teint les cheveux. Elle adore son père mais vit une relation houleuse avec sa belle-mère qu'elle nomme "Le Monstre". Celle-ci la prend pour une rebelle qu'il faut rééduquer, persuadée que Brit deviendra comme sa mère devenue folle et qui est partie du jour au lendemain sans donner de nouvelles. Un jour, pretextant un séjour près du Grand Canyon, son père l'amène à un camp de redressement sans rien lui expliquer. Et là pour Brit l'enfer commence : le centre sépare les filles qui y sont en niveaux qui leur permet d'avoir des avantages. Et le premier niveau est un isolement de force, sans vetement, sans lumière et avec un sanitaire limité. 

 

L'histoire du livre est vraiment prenante. Elle commence directement ce qui empêche d'avoir un début long mais tout est quand même bien expliqué. Si on ne retient pas forcément tous les noms des personnages, l'histoire est claire et on ne doit jamais retourner en arrière en se disant "c'est qui lui, déjà ?". Les situations du centre sont totalement révoltantes et stupides. D'autant plus que les filles y sont mises comme des delinquantes pour des raisons improbables, certaines sont kleptomanes, d'autres répondent mal à leur parents, certaines sont lesbiennes et d'autres encore sont en surpoids. Le camp n'est pas fait pour supporter de véritables cas, juste des pseudo-rebelles et les personnes y travaillant en profite pour se défouler dessus en les insultant ou en les privant de toilettes. 

 

Au niveau des personnages, il y en a beaucoup donc c'est assez difficile de s'attacher à tous. Brit, l'héroine principale est une fille qui aime le rock et ses amis, qui a certes des notes en baisse mais est loin d'être une cancre. Elle veut profiter de sa jeunesse sans pour autant faire des actes stupides. Elle a un caractère assez proche du mien et je me suis donc retrouver en elle, ce qui m'a assez plu en lisant le livre. Avec ses amies du club des fêlées qui souhaite mettre fin à ce camp, il y a toute sorte de caractères et donc tout le monde peut s'y retrouver.

 

En bref, un roman qui vaut le détour, assez court mais assez intense que pour faire passer beaucoup d'idées. L'auteur explique à la fin qu'elle est révoltée par les conditions de vie des adolescents en camp de redressement où les parents les envoient souvent pour des motifs peu valables. Les situations du livre sont légérement exagérées et on sent que l'auteur veut nous ouvrir les yeux dessus. Ce livre a été un véritable plaisir pour moi et je le conseille vivement.

http://1.bp.blogspot.com/-5k6jSxD6Nes/T4MILElaZxI/AAAAAAAAB6g/8DpXMiWkBiY/s1600/GayleForman_Courtoisie_300.jpg

une citation :

C'est à Red Rock que j'avais commencé à éprouver des sentiments quasi permanents de vide, de lassitude et de colère. Certains jours, j'avais envie de disparaître.

Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 09:18

Ce mois-ci, j'ai été au musée du docteur Ghislain, un musée ouvert dans un ancien asile. Le musée est sur l'histoire de la psychiatrie. 

Janiceisgoingtotheasylum.jpg

Le musée se trouve à Gand, il est un peu loin du centre donc il faut prévoir d'utiliser des transports en commun ou avoir une voiture. 

http://fc03.deviantart.net/fs71/i/2013/118/0/4/trepanation_tools__by_neiko_karlsov-d63bqpm.jpg

On peut y voir tous les instruments utilisés en psychiatrie, de la préhistoire jusqu'à nos jours (avec des images de ce qui pourrait être à l'avenir). Le musée est très intéressant car on peut vraiment suivre l'évolution des techniques. 

http://th09.deviantart.net/fs71/PRE/f/2013/118/2/9/derpskull_by_neiko_karlsov-d63bvm9.jpg

Je le conseille donc aux personnes intéressées par la psychiatrie, je déconseillerais en revanche d'y amener des enfants car c'est assez rhebarbatif pour eux et les images peuvent être stressantes. 

Seul petit bémol : Tout était en néerlandais tandis que les traductions en français étaient bourrées de fautes et incomplètes. Les informations suffisent pour comprendre mais je trouve ça dommage.

 

pour voir les autres photos, cliquez ici

24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 19:26

Sans dire un mot est un roman pour adulte en cours d’alphabétisation écrit par Xavier Deutsch

http://www.babelio.com/couv/CVT_Sans-dire-un-mot_7363.jpeg

Résumé du livre :

« Sarah se lève pour enlever les assiettes.

Elle apporte un pot de café sur la table.

Alors Simon la regarde. Il ne dit jamais rien.

On ne sait pas ce qu'il pense. Mais il regarde Sarah.

Les yeux noirs de Simon brillent un peu.

Les yeux de Simon ressemblent à du charbon.
Une étincelle y est allumée. »

http://www.frasne.net/cfd/images_cfd/frasne_village.jpg

Mon avis :

J'ai lu ce livre dans le cadre du prix indication. Sans dire un mot est un roman facile à lire car il est fait pour les personnes en cours d'alphabétisation. Cela raconte l'histoire d'une famille de campagne : Sarah la mère de la famille qui passe du temps à faire le ménage, Pierre le père de famille qui passe beaucoup de temps au village et François le fils de 18 ans qui a travaillé sur un bateau pendant 6 mois et qui revient maintenant vivre au village. Alors que François revient, il amène un ami à lui, Simon, pour qu'il reste chez eux avant de repartir. Mais Simon est très étrange, il ne parle jamais.

 

Certes, le roman est fait pour aider à l'alphabétisation pour éviter que les adultes ne lisent pas que des romans jeunesse mais aussi de la littérature plus adulte. Mais j'ai vraiment l'impression d'être prise pour une abrutie en lisant ce livre. Notamment à un moment où il est mis que Sarah va faire la cuisine et qu'on a droit à deux pages sur la recette du plat. Bon si c'était un repas traditionnel pourquoi pas, mais pour des boulettes sauce tomates j'ai un peu de mal. Il y a aussi des phrases comme « Elle est très belle mais elle pleure » où je ne vois pas bien le rapport entre les deux parties. Cela devient vite lourd et désagréable à lire.

 

L'histoire m'a aussi semblé un peu étrange. Simon ne parle pas, il est étrange, mystérieux, et ça met Sarah mal à l'aise quand elle est seule avec lui. L'auteur fait bien ressentir son malaise. Or, d'un coup tout va mieux et elle n'a plus peur de lui et ils se rapprochent. Je trouvais ça un peu sorti de nulle part. Comme si l'auteur ne savait pas comment les faire se rapprocher ou manquait de page et se disait que ce serait comme ça et puis c'est tout. Ça tombait un peu comme un cheveu de la soupe.

 

Malgré ces gros points négatifs qui m'ont empêchée d'apprécier le livre, l'histoire est assez agréable et l'auteur arrive à nous bluffer. Il arrive à nous faire croire qu'il va se passer ceci ou cela alors que pas du tout. L'histoire comporte bien des thématiques très adultes comme l'éloignement, les familles, les incestes, etc. Cette histoire, simple en apparence, est assez complète et lourde de conséquences. En peu de pages, et avec des chapitres courts et répétitifs, Xavier Deutsch nous fait passer un véritable message.

 

En bref, une déception pour moi. Ce livre qui aurait pu être vraiment intéressant est gâché par une volonté de vouloir faire trop simple. On peut écrire des phrases simple sans donner un impression d'ennui et de lourdeur.

http://www.babelio.com/users/AVT_Xavier-Deutsch_2988.jpeg

une citation :

Simon ne parle pas. Il a posé sa casquette sur la table.

Il mange en silence. Ses yeux noirs regardent son assiette, et il ne dit rien.

à la fin du repas, Sarah donne des pommes.

Chacun mange une belle pomme rouge.

Ensuite Sarah prépare du café. Tout le monde boit une tasse de café au sucre.

Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:52

Une collection très particulière est un recueil de nouvelles écrit par Bernard Quiriny

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782021046953.jpg

Résumé du livre :

Des livres qui s'écrivent tout seuls, d'autres qui produisent du courant, d'autres encore que leurs auteurs oublient en même temps qu'ils les rédigent : ce sont des ouvrages pas comme les autres que vous allez découvrir dans cette collection très particulière, une bibliothèque de livres imaginaires inventés par Bernard Quiriny et recueillis par son héros fétiche, Pierre Gould. Certains de ces livres ont sauvé des vies, d'autres ont tué leur possesseur ; il paraît même que certains ont dévoré leur auteurs, qui s'agite depuis à travers leurs pages...

Il n'est pas seulement question de littérature dans ce recueil : on voyage aussi beaucoup, en visitant une dizaine de villes fantastiques - villes symétriques, villes silencieuses, ville où l'on ne vit qu'un jouer sur deux, etc. -, cousines des villes imaginaires qui hantent la littérature.

Et pour couronner le tout, on jette un oeil satirique sur les grands bouleversements qui frappent ou frapperont bientôt notre époque, comme la résurrection en masse des reépassés et l'invention d'un sérum de jeunesse. Entre Borges, Calvino et Marcel Aymé, un festival d'humour et d'invention qui est aussi un hommage ludique aux excentriques et à l'esprit littéraire. 

http://scrat.hellocoton.fr/img/classic/trois-livres-etranges-et-troublants-5098266.png

Mon avis :

 

Une collection très particulière est un roman écrit par Bernard Quiriny qui présente la collection et les aventures d'un certain Pierre Gould. Le livre est séparé en plusieurs parties : Une collection très particulière, dix villes et notre époque.

 

Bernard Quiriny est un auteur belge qui a écrit 5 livres depuis 2005, il a reçu de nombreux prix pour ses deux premiers recueils de nouvelles. De ces livres, 2 sont des romans et 3 des recueils de nouvelles.

 

Dans des discussions entre le narrateur et Pierre Gould, on peut découvrir dans les chapitres ''une collection très particulière'' les livres que conservent Gould, dans des rayons aussi étranges les uns que les autres. Des livres que les lecteurs oublient systématiquement, d'autres qui s'auto-corrigent. Dans les chapitres ''Dix villes'', Gould parle de villes elles aussi très étranges, aussi originales qu'improbables. Enfin, dans les chapitres ''à notre époque'', on suit des articles récapitulatifs d’événements qui se seraient passés ces dernières années, de manière très sérieuse, par exemple un chapitre sur la résurrection qui est devenue habituelle actuellement.

 

Le recueil est très agréable à lire, d'autant plus que l'auteur arrive à nous avoir. En commençant le roman j'ai cru un moment que c'était des histoires vraies, car les premières histoires sont assez probables mais montent en crescendo vers des aventures complètement farfelues. Le sérieux avec lequel le narrateur raconte tout ce qu'il voit donne envie de jouer le jeu et d'y croire.

Les parties « à notre époque » sont mes préférées car on y voit une autre vision du monde actuel, que se passerait-il si les choses étaient autrement, si on pouvait ressusciter ? Si on avait un élixir de jeunesse ? Bernard Quiriny essaye de répondre à ces questions en mettant des mises en situation et en imaginant les conséquences. Cela peut amener au minimum un sourire en imaginant la situation cocasse, mais aussi à de plus grandes réflexions sur la société.

 

Le style d'écriture est très léger donc le livre se lit assez rapidement et facilement. Les sujets restent intéressant. À condition de comprendre le second degré, lire ce roman est un vrai moment de plaisir sans se perdre dans des détails et des réflexions qui empêchent la lecture. Néanmoins, en refermant le livre on peut réfléchir plus à ce qui est mis dedans et revoir notre jugement sur la société.

 

Pour ce qui est des personnages, il n'y en a que deux : le narrateur (certainement Quiriny lui-même) et Pierre Gould. On ne sait pas beaucoup de choses du narrateur, sinon qu'il est ami avec Gould depuis longtemps et qu'il est écrivain à ses heures perdues. Gould est un personnage intéressant qui aime jouer sur le mystère et essayer de faire deviner ce que font ses livres ou les villes étranges où il va. Il a l'air de tout connaître et d'avoir été partout, on se demande comment il a pu obtenir les livres qu'il a dans sa collection. Le roman ne s'accentue pas franchement sur les personnages mais on arriver à apprécier ce fameux Gould qui a l'air aussi atypique.

 

En bref, une collection très particulière est un recueil de nouvelles qui vaut le détour. Il est plaisant et rapide à lire, ne faisant que 185 pages. Il permet beaucoup de réflexions, ça vaut donc le coup de le lire à plusieurs pour pouvoir en parler après plutôt que de rester seul avec ses idées. Les différentes histoires apportent leur lot d'amusement et d'idées intéressantes.  

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/04/04/d39c4374-7a7a-11e1-9bc7-3a2136159e27-493x328.jpg

une citation :

Il tenta d'expliquer au chauffeur qu'il était mort la semaine précedente, mais l'autre se contenta de ricaner et le déposa à cinq kilomètres du village où il disait avoir été enterré. Jambier fit la fin du chemin à pied, en se demandant quoi raconter à sa femme.

11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 18:01

Amours à mort est un recueil de nouvelles écrit par Dominique Maes, illustrateur et auteur Belge.

http://murmuredessoirs.com/images/mds-maes-amours-couv-sb-300x430.jpg

Résumé du livre :

Treize nouvelles chargées de tendresse et de cruauté pour déguster la cuisine amoureuse "al dente", soigneusement mijotée ou froide comme la vengeance. Mais en fin de compte, il n'y a sans doute aucune recette. Une alchimie improbable entraîne les femmes et les hommes. Chacune et chacun tente de se débrouiller vaille que vaille avec son histoire familiale, ses blessures, ses fantasmes et ses préjugés. Il nous reste à la fin de nos passions quelques souvenirs en demi-teinte, des éblouissements, des petites joies ou des rancœurs. Pas de paradis éternel mais de quoi raconter des histoires et en recommencer de nouvelles

http://www.le-cuisinier.net/generated_content/img/dossiers/thematique_aphrodisiaque.jpg

Mon avis :

Amours à mort, écrit par Dominique Maes, regroupe treize nouvelles tournant autour de l'amour et de la bonne cuisine, qui au final sont liés. Des personnes âgées se retrouvent, des enfants tombent amoureux, tout le monde y trouve son compte. Souvent, un élément négatif entre en jeu, comme pour empêcher cet amour, mais au final l'optimisme gagne toujours. Des histoires romantiques, sans tomber dans le guimauve, pour des nouvelles fraîches comme une salade de fruit.

 

Dominique Maes est un auteur et illustrateur belge. Après avoir passer quelques années à illustrer des albums pour enfant, il se lance petit à petit dans l'écriture. Il partage son temps entre dessins, écriture, musique aimant se lancer dans de nouveaux projets, notamment l'album numérique pour iPad « Bleu de toi » qui permet des interactions avec les images.

 

Ce recueil de nouvelles ne s'adresse en revanche pas aux plus jeunes, au vu des réflexions adultes et des scènes parfois crues ou morbides qui peuplent le récit. Ces scènes donnent, selon moi, plus d'authenticité que les écrivains qui se permettent des ellipses ou des phrases romantiques pleines de sous-entendus cachés. Malgré cela, on y trouve tout de même des moments attachants, mignons, qui font sourire tout au long du bouquin, comme cet enfant qui parle de ses parents :

« Papa et elle se sont enfermés dans la salle de bains, soi disant pour tout nettoyer. Mais Louis sait ce qu'ils ont fait. Ils se sont surement embrassés. Sur la bouche. »

Certaines nouvelles son malgré tout assez subtiles, comme dans la nouvelle « point de vue » où on ne comprend vraiment ce qu'il se passe qu'à la fin.

 

Le style de l'auteur est agréable et facile à lire. On ne sait jamais à quoi s'attendre en commençant une nouvelle. Si on sait que le personnage principal de l'histoire va rencontrer l'amour d'une manière ou d'une autre, on se demande toujours comment. Des retrouvailles, une personne qui se trouvait au bon endroit au bon moment, une longue quête d'acceptation de l'autre, chaque histoire offre son lot de surprise.

Les histoires étant tellement différentes, lire le livre d'une traite n'est pas vraiment le mieux. Il vaut mieux prendre le temps entre deux histoires de la digérer pour passer à autre chose. Contrairement à d'autres livres de nouvelles que j'ai lu, je suis ici incapable de lire plus de deux nouvelles d'affilées sans commencer à me perdre. Je finis par ne plus réussir à me concentrer. C'est un point à la fois positif et négatif. Positif car on peut se concentrer sur une nouvelle à la fois et y réfléchir. Négatif car je n'ai pas pu me plonger totalement dans le livre pour m'enivrer de la lecture, obligée de faire des pauses.

 

En bref, un recueil de nouvelles qui offre son lot d'histoires d'amours, surprenantes, intrigantes. Chaque petit récit est une aventure avec des personnages complètement différents. Aucune histoire ne se ressemble et c'est ce qui fait le charme de ce livre. Je le conseillerai volontiers, surtout qu'il n'est vraiment pas difficile à lire et donne une dose de fraîcheur.

 

C'est le moment de savourer l'amour cuit à feux doux. 

http://www.dominiquemaes.net/dbfiles/actus/Dominique_Maes_l.JPG

une citation :

 Papa et elle se sont enfermés dans la salle de bains, soi disant pour tout nettoyer. Mais Louis sait ce qu'ils ont fait. Ils se sont surement embrassés. Sur la bouche

31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 15:49

Bonjour !

Si ce mois-ci je n'ai pas beaucoup lu, je me suis mise à la création de poupées Voodoo. la première étant pour le Serval ce qui m'a poussé à en faire d'autres par la suite. 

 

Je vous montre aujourd'hui les étapes de création d'une de mes poupées. 

 

Pour commencer, ce n'était que tissu, deux boutons oranges, du fil de cette même couleur et un patron dessiné par mes soins (et qui n'est pas très symétrique)

DSC0001

 

Il vaut toujours mieux repasser les tissus, et pour dessiner le patron dessus j'utilise un bic mais c'est mieux de faire ça avec un crayon ou une craie, pour effacer après. Enfait, finalement je l'ai fait au crayon blanc car le bic ne se voyait pas.

DSC0004

Je couds toujours le visage avant de mettre les deux parties ensemble, c'est plus facile comme ça. Le dos et la face sont fait, je les couds donc à l'envers pour pouvoir les retourner ensuite et que la couture soit moins visible.

DSC0006

J'essaye de coudre assez serré, c'est assez long à faire mais une fois fini la poupée reste solide. Et là on commence une étape difficile : retourner la poupée (j'utilise un crayon ou une aiguille à tricoter pour m'aider car c'est beaucoup trop fin)

DSC0013

Une fois retournée, je trouve que la poupée a toujours une apparence un peu stressante. Je la bourre ensuite avec des chutes de tissus, vu que ma mère coud aussi et qu'on en a beaucoup. Sinon le rembourrage s'achète et ne coute pas trop cher.

DSC0016

Et enfin, voici le résultat final !

 

Si vous voulez voir les poupées que je fait, voici mon Deviantart : Nirrita


En dehors de ça,

Dans le cadre de mes études de bibliothécaire-documentaliste, j'ai fait un lectomaton pour la fureur de lire. Le but du lectomaton est de lire un extrait d'une manière originale. Voici le mien

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 13:19

Une histoire de la lecture d'Alberto Manguel est un essai d'un fort beau gabarit qui arbore une somptueuse couverture.

http://a136.idata.over-blog.com/1/18/13/98/3/Une-histoire-de-la-lecture.jpg

Résumé :

Célébration heureuse de la plus civilisée des passions humaine, cette histoire écrite du côté du plaisir et de la gourmandise est un livre savant qui se lit comme un roman d'aventures. Parti à la recherche des raisons qui ont fait aimer le livre, Alberto Manguel propose un étonnant récit de voyage à travers le temps et l'espace, dont chaque étape lui est occasion de détours, de visites, de réflexions profondes et d'anecdotes réjouissantes.

Passionante, jubilatoire, cette Histoire de la lecture, traduite en plus de vingt-cinq langues, a reçu en France le prix Médicis essai 1998.

http://www.nouvelordremondial.cc/wp-content/uploads/2007/10/tour-de-babel.jpg

Mon avis :

Ah, cette histoire de la lecture. Je ne me serais probablement jamais lancée dans ce livre si ce n'était pour des cours de bibliologie. Par ailleurs, comme je l'ai lu dans le cadre de ce cours, j'y ai sans doute eu moins de plaisir que si c'était de moi-même. Une histoire de la lecture, c'est un peu l'histoire de chacun quand on apprend à lire, où lire, comment lire. Mais c'est aussi l'histoire des lecteurs autour du monde et à travers les âges. Eh oui, lire en 1237 ou en 2013 c'est pas pareil. Mon avis est assez partagé sur ce livre.

 

Contrairement à des essais purement théorique et laborieux, celui-ci est plutot agréable à lire. On y découvre des anecdotes de la vie d'Alberto Manguel qui lancent sur différentes histoires en rapport avec la lecture, la façon de lire. On y apprend plein d'informations, on voit des personnages célèbres autrement par leur façon d'appréhender la lecture. On voit aussi comment cela se passait quand peu de gens pouvaient lire, ou pour les femmes, ou pour les nobles qui n'avaient des livres que pour le coté riche. Chaque période a sa façon d'appréhender l'objet-livre. 

 

Le livre passe d'une époque à l'autre sans ordre chronologique. De plus, sur un point de ce qu'il raconte, Manguel parle de tout à fait autre chose pour y revenir ensuite. Et on finit par s'y perdre. D'autant plus quand on veut vérifier dans le livre une information dont on se souvient, dans quel chapitre aller ? En tant que livre de référence, ce n'est pas des plus pratique. Ceci dit, ça évite une certaine monotonie dans le récit.

 

Certaines connaissances sont préalables pour lire le livre. Biensur, c'est un essai, donc une lecture soutenue et réfléchie. Mais sans avoir toute les connaissances nécessaire ça devient fatigant. Je pense notamment à de nombreuses références au monde catholique. N'étant pas religieuse et m'y intéressant moyennement, j'étais souvent perdue dans les différentes références de personnages, peintures, passages de la bible qui concernaient la lecture.

 

En bref, une histoire de la lecture, c'est un essai intéressant bourré d'informations en tout genre et qui se laisse lire. Mais ça reste un pavé qui ne donne pas envie au premier coup d'oeil (malgré la magnifique couverture). Et cette lecture n'est pas de tout repos.

http://i2.listal.com/image/1320262/600full-alberto-manguel.jpg

une citation :

Il y a quelque chose, dans la possession d'un livre - un objet pouvant contenir en nombre infini fables, paroles de sagesse, chroniques des temps passés, anecdotes comiques et révélations divines -, qui prête au lecteur le pouvoir de créer une histoire et donne à l'auditeur le sentiment d'être présent au moment de la création.

Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 13:30

Le Ju-jitsu est un art martial japonais qui date de l'ère féodale. Cet art permettait aux samouraïs désarmés de continuer à se battre une fois désarmé.

http://www.ju-jitsu-vd.ch/Documents101/tai-otoshi.gif

Le ju-jitsu donnera naissance à d'autres arts martiaux : Karaté, Judo et Aïkido et se compose de ces trois discipline. Il y a donc 3 styles de combats différents : les poings et les pieds (atemi-waza), les projections (nage-waza) et une partie au sol (katame-waza). 

 

Comme tous les arts martieux, les échauffements sont très physiques et il demande beaucoup de rigueur et de discipline. C'est un sport de défense avant tout, mais qui permet l'attaque. Le ju-jitsu était autrefois enseigné dans les écoles japonaises, mais cet enseignement s'est perdu. De nos jours, on pratique un ju-jitsu "moderne" dû à la redécouverte de cette discipline et de ses pratiques.

 

http://s3.e-monsite.com/2010/09/30/03/resize_550_550//ceintures.jpg

J'ai donc testé le ju-jitsu. C'est un sport particulièrement impressionnant à regarder. Comme au judo, on dirait des chats qui se battent. Mais la partie poings et pied est très rapide et les coups sont généralement bien réels.

 

Je conseillerai ce sport pour apprendre à se défendre, et pour améliorer sa condition physique. Par contre, pour quelqu'un qui est assez fragile physiquement, c'est vraiment éprouvant, principalement l'échauffement. Il vaut donc mieux mettre en état physique avec d'autres sports avant de se lancer là-dedans. 

 

C'est vraiment agréable de faire un art martial, car il permet d'utiliser la force de l'autre à son insu. Faire passer une personne qui fait 20kg de plus par dessus son dos est une sensation incroyable.

 

Pour plus d'informations sur l'histoire de ce magnifique art, consultez les liens ci-dessous :

association française de ju-jitsu

Le jujitsu.net

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires