Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:12

Les fourmis de Bernard Werber est une trilogie dont j'ai lu le premier tome pour le baby-challenge science-fiction.

http://i40.servimg.com/u/f40/12/60/98/99/les_fo10.jpg

Résumé du livre :

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis sont nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonis, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destructrices.

Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Johnathan Wells est loin de se douter qu'il va à leur rencontre.

 

À sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces "infraterrestres", au fil d'un thriller unique en son genre, où ke suspense et l'horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses.

Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des ... fourmis !

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310080-Fourmi_rousse.jpg

mon avis :

J'ai commencé à lire les fourmis pour le baby-challenge de livraddict. Comme j'avais trouvé le livre a 2€ dans une boutique d'occasion c'était l'occasion parfaite de me lancer dans du Bernard Werber pour la première fois. Je m'attendais à un livre sympathique avec de soit-disantes données scientifique sans plus. Malgré tout le foin autour de cet auteur je ne m'attendais pas à quelque chose de génial. Je m'étais trompée.

 

On suit l'histoire de Jonathan, Lucie et Nicolas, une petite famille qui a hérité d'un appartement au rez-de-chaussée d'un immeuble, par un oncle scientifique d'apparence un peu fou. Dans cet appartement il y a une cave remplie de mystères avec l'interdiction formelle d'y aller. En parallèle, nous suivons une fourmi sexuée mâle, le 327e pour être plus précis. En allant dans une mission de reconnaissance avec des guerrières, elles se font toutes tuées par une arme destructrice venue de nulle part. 327e, seul rescapé, essaye de résoudre cette affaire mais personne ne semble disposé à l'aider.

 

Si au début du livre je me suis un peu ennuyée, me demandant où l'auteur voulait en venir, après les 50 premières pages j'étais juste accro à ce livre. On comprend dès le début que cette famille humaine et les fourmis vont se rencontrer d'une manière ou d'une autre. La question est surtout de savoir comment et pouquoi. Si l'histoire de la cave ne m'a pas plus intriguée que ça (biensur je voulais savoir ce qu'il y avait dedans, mais ça ne me perturbait pas), l'enquête de la fourmi me passionait plus. Bon la réponse était évidente, mais c'est surtout de voir comment la fourmi va réussir à élucider cette affaire. Et les petites intrigues autour (comme savoir pourquoi aucune autre fourmi ne réagit) sont vraiment un mystère pendant un moment. La fin du livre avec la résolution de tout ça est totalement logique mais totalement improbable aussi, et ça c'est chouette.

 

En ce qui concerne les personnages, je ne trouve pas qu'ils aient vraiment été poussés jusqu'au bout (mais sans doute dans la suite de la trilogie). 

Jonathan est un homme qui a peur du noir et qui est serrurier, c'est à peu près tout ce qu'on sait pendant un moment. Je ne me suis pas vraiment accrochée à lui.

Lucie, sa femme, est déjà plus intéressante. Elle a l'air d'une femme téméraire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle décide d'aller à son tour dans la cave rechercher son mari qui y passe des journées.

Nicolas, leur fils, est un garçon banal de cet âge là, qui aime la télévision et faire des bêtises avec ses amis. Il cache néanmoins une grande intelligence.

Augusta, l'arrière-grand-mère de Jonathan, est géniale je trouve. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et profite de toutes ces histoires pour s'occuper et s'amuser.

Du coté des fourmis, qui ont aussi leur caractère,

327e mâle est une pauvre fourmi qui se sent perdu. Mais avec sa volonté, il est bien décidé d'aller au bout des choses.

56e femelle est une fourmi qui a un sacré caractère. Elle veut trouver cette arme secrète et est prête à tout pour ça. Elle envisage même de changer des lois établies.

103 683e asexuée de la caste guerrière n'hésite pas non plus à transgresser des règles et aller là où personne d'autre n'ose pour trouver la solution.

Toutes les 3 sont assez maligne, permettant de découvrir toujours plus de choses mais qui posent plus de questions qu'auparavant.

 

J'ai aussi apprécier les petites énigmes qui étaient dans le bouquin. Celle la plus importante "comment faire quatre triangle équilatéraux avec 6 allumettes ?" (d'ailleurs j'ai trouvé 2 solutions ^^) mais aussi d'autres, pas forcément inscrites telles quelles, mais des phrases avec un sens caché.

 

Les phases avec les humains et celles avec les fourmis sont souvent séparés par des extraits du savoir relatif et absolu qui sont réellement intéressants. Ces extraits font réfléchir sur la nature humaine ainsi que notre société par rapport à celles de divers insectes.

 

En bref, un roman pour lequel je n'attendais pas tellement et qui s'est révélé être une excellente surprise. J'espère que celle-ci me permettra de sortir de mon peu d'activité littéraire actuel. Ce livre est un petit bijou avec des comparaisons et des idées étonnantes. Au point que je commence à vouloir m'intéresser aux fourmis.

http://www.bernardwerber.com/images/OeufEcosysteme1b_350.jpg

deux citations :

- Tu parles d'une drôle de façon. Ce n'est qu'une cave après tout, une cave comme il y en a dans tous les immeubles.

- Je n'en suis pas si sûr

 

Lorsque la fourmi a peur, est heureuse ou en rage, ses hormones circulent dans son corps, sortent de son corps et pénètrent dans le corps des autres. Grâce aux phéro-hormones, ou phéromones, ce sont des millions de personnes qui vont crier et pleurer en même temps. Ce doit être une sensation incroyable de ressentir les choses vécues par les autres et de leur faire ressentir tout ce que l'on ressent soi-même...

Edmond Wells,

Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article

commentaires

Elyfinthiel 22/08/2012 20:19


Bernard Werber est souvent critiqué, on traite ses livres de pseudo-scientifiques et pseudo-philosophiques, mais ils sont malgré tout très sympas à lire. Les Fourmis est assez sympa en tant que
tel, mais c'est surtout dans les livres suivants que l'auteur développe ses idées (mon préféré reste le trois pour moi). Par contre moi les personnages m'ont pas du tout marqué, je ne me
souvenais pas de la moitié de ceux que tu as cité (sauf Edmond Wells, qui revient dans quasiment tous ses livres).


Hm, si tu as aimé le livre, je ne peux que te conseiller les cinq livres de la série des Thanatonautes. L'auteur s'est énormément amélioré entre ses livres, mais il a conservé son style et ses
traits particuliers (comme l'organisation en paragraphes numérotés et des morceaux de l'Encyclopédie). Tu m'as donné envie d'en relire quelques-uns, tiens xD

NK 21/08/2012 20:58


Il est temps de passer à la suite alors :)

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires