Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 10:25

http://www.art-et-voyage.com/blog/images/B/disney.jpghttp://www.audiocite.net/illustrationlivres/grimm11large.jpg

Challenge : La face cachée de Disney

L'idée de ce challenge lancé par isallysun est d'essayer de relire toutes (ou une partie) des contes et romans qui ont inspirés les dessins animés de Walt Disney. Etant déjà l'un de mes projets (avec Alice au pays des merveilles ainsi que La belle & La bête) je m'y suis lancée de coeur joie.

Mon but : lire 15 histoires en 2 ans, en sachant que j'en ai déjà lu 2 donc il ne m'en reste que 13.

Si ce challenge vous intéresse vous pouvez voir les règles et vous inscrire sur babelio ou sur livraddict (les liens amènent directement au sujet du forum concerné)

 

Avancement du challenge :

1. La belle & la bête - Jeanne-Marie Leprince de Beaumont

2. La petite sirène - Hans-Chistian Andersen

3. Alice au pays des merveilles - Lewis Carroll

4. Histoire d'Aladin ou la lampe merveilleuse - anonyme (version adaptée par Marie-Ange Spire)

5. Cendrillon - frères Grimm

6. La belle au bois dormant - frères Grimm

disney.jpg

Repost 0
Published by lalynx - dans Divers
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 11:10

Maid Sama! est un manga écrit et dessiné par Hiro Fujiwara. L'histoire se passe dans un lycée devenu mixte récemment et comportant environ 80% de garçon, l'héroine de l'histoire est présidente du commité des délégués et est résolument décidée à ce que les filles fassent la loi.

http://www.pika.fr/new//sites/default/files/big_image_7359.jpg

Résumé du tome 1:

Le lycée Seika était autrefois un lycée réservé uniquement aux garçons. Misaki a été élue présidente des délégués des élèves et n'aspire qu'à protéger les filles qui sont "sauvagement" humiliées par les garçons. C'est une lutte au quotidien.

En dehors des cours, elle travaille dans un Maid Café, mais cette activité doit rester secrète. Malheureusement, comme on pouvait s'y attendre, elle ne le restera pas longtemps, car Usui, un brilliant élève de son lycée, tombe sur elle, par hasard. Il y a fort à craindre qu'elle ne puisse plus mener cette double vie en toute tranquillité ...

http://karlheinze.files.wordpress.com/2011/02/kaichou-wa-maid-sama-02-large-17.jpg

mon avis :

J'étais un peu dubitative en commençant ce manga prêté par une amie. En effet j'avais peur de tomber sur une oeuvre de féministe déluré qui ne souhaite que montrer la supériorité de la femme. Finalement, si l'héroine est en effet ce que je viens de décrire, le monde dans lequel elle vit l'oblige à se remettre en question.


Le personnage principal de l'histoire, Misaki, est donc une femme forte qui a une haine contre les garçons depuis que son père est partis les laissant elle, sa soeur et sa mère criblées de dettes. Elle est donc dans un lycée majoritairement masculin pour la facilité financière et travaille dans un Maid Café (un café où les serveuses appellent les clients 'maitres' et son habillées de manière assez sexy) pour aider sa mère. A coté de cela, elle travaille comme une folle au lycée entre ses révisions et son activité de déléguée, surtout qu'elle ne laisse rien faire aux garçons et refuse tout ce qu'ils proposent.


Le héros principal, Usui, découvre donc le secret de Misaki mais ne dit rien au reste du lycée et profitant vaguement de la situation pour se rapprocher d'elle.


L'histoire est bien ficelée et amusante. Ici l'héroine doit de temps en temps se remettre en question et change petit à petit (peut-être plus dans les tomes suivants ?) en acceptant les garçons tout en continuant à les detester et à faire sa loi. 


En bref, un manga agréable et rapide à lire mais certainement pas mon préféré. Si je lis les tomes suivants ce ne sera pas d'une attention soutenue.

http://data0.eklablog.fr/fyko/mod_article1615064_1.jpg?5426

Repost 0
Published by lalynx - dans Critique manga
commenter cet article
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 19:19

Madame Le Prince de Beaumont a écrit divers contes, dont celui de la belle et la bête. J'ai lu la version e-reader comprenant deux fois la belle et la bête illustrée (la première par Edmund Dulac et la seconde par Walter Crane) ainsi que d'autres contes : Aurore et aimée, Belote et laideronette, Conte des trois souhaits, Conte du pêcheur et du voyageur, Joliette, La curiosité, La veuve et ses deux filles, Le prince charmant, Le prince Chéri, Le prince Désir, Le prince Fatal et le prince Fortuné, Le prince Tity et enfin le Prince Spirituel.

http://www.audiocite.net/illustrationlivres/leprincedebeaumont1large.jpg

Résumé du livre (selon Livr@ddict) :

Pour une rose cueillie dans son jardin, la Bête garde la Belle prisonnière. Faudra-t-il mourir sous les griffes du monstre ? Ou l'amour et la magie feront-ils des miracles ?

Quatre contes où les princesses sont si belles qu'on en tombe amoureux rien qu'à voir leur portrait... Les sorcières et les traîtres font tout le mal qu'ils peuvent, mais heureusement, le courage triomphe et les fées arrangent tout !

http://scrat.hellocoton.fr/img/medium/la-belle-et-la-bete-jeanne-marie-leprince-de-beaumont-2601444.png

Mon avis :

Comme (presque) tout le monde, j'ai vu le dessin animé de Disney "La belle et la bête". Mais je voulais savoir d'où provenait cette histoire (comme je risque de le faire avec beaucoup d'oeuvres qui ont inspirés Disney par la suite). C'est donc avec plaisir que j'ai lu ce conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont. Je vais exceptionnellement expliquer la structure de ma critique : Un paragraphe sur la belle et la bête, un sur les autres contes et enfin un dernier sur l'oeuvre en général. La citation vient du conte "Le prince Fatal et le prince Fortuné"


Si j'ai eu envie de connaitre les contes de cette auteur, il faut bien avouer que c'est grâce au succès de Disney. Pour faire une petite comparaison (sans juger l'un mieux que l'autre) on peut remarquer qu'il y a quelques différences dans l'histoire. Il n'y a pas d'autres prétendant récurrent comme dans le dessin animé, la Belle a des frères (dont on ne parle quasiment pas) et des soeurs (on a envie de leur mettre des baffes). La morale elle-même est assez différente même si elle reste sous-entendue. L'histoire dans le fond reste la même, une femme, très belle, se retrouve enfermée à la place de son père dans le château d'une bête qui se trouve amoureux de la femme. Le style est très agréable à lire et on oublie totalement la version animée en se plongeant dans ce monde.


Les autres contes ont été une très agréable découverte. On peut y retrouver des grands royaumes avec des princes où le plus vaniteux ne gagne jamais. Les fées profitent à ceux qui ont une certaine grandeur d'âme et qui ne se soucient pas de l'apparence. La thème est presque le même donc dans tous les contes : L'intelligence/la connaissance, le peu d'importance accordée à la beauté ou au statut social, être modeste et offrir aux plus pauvres.


On peut remarquer aussi que dans tous les contes on peut retrouver de la religion. Si il y a des fées, elles ont plutôt l'air d'ange venant assurer les volontés de Dieu. Même si tous ces contes ont donc pas mal de point commun dans leur thème et dans la religion, chacun à sa particularité et sa propre âme. Entre Fatal et Fortuné, qui sont rivaux : l'un n'a pas de chance mais travaille a devenir quelqu'un de bon et se fait aimer, l'autre réussit dans tout ce qu'il désir mais en profite pour ne rien apprendre et faire le mal, et Belote et Laideronette, où Belote découvre que sa beauté ne suffit pas et se fait aider par Laideronette, donc point de concurrence entre les personnages, on peut voir une grande différence dans l'avancement du récit.


En bref, une bonne découverte que je ne regretterai pas. Je le conseille à toutes les personnes aimant lire des contes, surtout que ça se lit vite et quel que soit l'âge de la personne c'est plaisant.

http://www.audiocite.net/illustrationlivres/leprincedebeaumont1auteur.jpg

une citation :

- Madame, lui répondit Fatal, je voudrais de tout mon coeur vous rendre service, mais j'aimerais mieux mourir que de dire un mensonge et être un voleur.

- Tu n'es qu'un sot, lui dit cette femme; personne ne saura que tu as fait cela.

- Dieu le saura, madame, répondit Fatal; il voit tout ce que nous faisons et punit les menteurs et ceux qui volent.

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 14:54

En ce mardi 1er novembre j'ai décider de vous faire la critique d'un manga d'horreur ... Mh, non pas vraiment... Quartier lointain, oeuvre de Jirô Taniguchi n'est pas du tout de l'horreur mais un manga racontant l'histoire d'un homme qui va retomber dans son enfance...

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTRqb9eLTVbkYXAF8_bYLBTZoJDisQgikL_guZg-JUC5YraT700z_Dg8uceOw

Résumé du manga :

Ce jour d'avril 1998, un homme s'apprête à prendre le train pour rentrer chez lui, à Tôkyô. Il s'appelle Hiroshi. C'est un cadre d'entreprise comme le Japon en produit des milliers. La bouche légèrement pâteuse et la tête lourde - il a encore trop bu la veille lors d'un repas d'affaires - cet homme de 48 ans a rendez-vous avec son destin. Car le train qu'il prend n'est pas le bon : sans l'avoir fait exprès, il se retrouve à bord d'un express qui se dirige tout droit vers sa ville natale. A l'arrivée, avant de repartir à destination de Tôkyô, Hiroshi décide de faire un tour dans les rues où il a grandi, devenues méconnaissables. Dans le petit cimetière où est enterrée sa mère, il s'assoupit quelques minutes. Mais à son réveil, il constate avec une surprise mêlée d'effroi qu'il vient d'effectuer un bond dans le passé. il se trouve en effet projeté à l'époque de son adolescence, et doit désormais vivre dans l'enveloppe corporelle qui était la sienne à l'âge de 14 ans ! Mais ses souvenirs, sa mémoire e ses capacités intellectuelles sont restés ceux d'un homme de 48 ans... Hiroshi va alors revoir ses parents et ses amis d'école. Et bien qu'il craigne de bousculer sa propre histoire d'homme adulte et de "fausser l'avenir", il décide de comprendre enfin pourquoi son père est parti un jour loin de chez lui, abandonnant sa femme et ses deux enfants. En revivant ses quatorze ans, il ne va pas seulement épater ses copains en leur prédisant les évenements à venir. Plus fondamentalement, il va tenter d'infléchir le cours de son histoire familiale et découvrir que "l'enfant que nous avons été est toujours là, bien vivant tout au fond de nous ..."

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.buzz-litteraire.com/images/quartier-lointain-taniguchi1.jpg&sa=X&ei=If2vTo38L8u2hAeYm_CUDQ&ved=0CAwQ8wc4IQ&usg=AFQjCNF7bVVSqMy0TiiGdb3iTik1rLqrVQ

mon avis :

oeuvre incoutournable de tout lecteur de manga qui se respecte, prix du meilleur scénario par Angoulême en 2003 et même adapté en film, quartier lointain est un manga qu'il ne faut pas louper. Si pour vous manga rime avec histoires d'amours pleines de feuilles de cerisier, personnages aux étranges coiffures ou encore combats épiques, ici vous n'y êtes pas du tout. Une histoire originale, une intrigue qui ne cesse de faire réflechir à son propre passé et une envie de savoir ce qui va arriver est ce qui caractèrise le scénario.


L'histoire d'un homme qui se retrouve dans son passé est attachante, qui n'a jamais voulu changer les éléments de son passé pour s'assurer un meilleur avenir ? Particulièrement ici, Hiroshi, le héros, décide d'empêcher son père de partir dans son recommencement de la vie. Mais pour cela il se doit de comprendre pourquoi il voudrait partir. Si il est redevenu un enfant, il pense comme l'adulte qu'il est aujourd'hui, ce qui l'aide à mieux comprendre sa famille. Mais petit à petit on se rend aussi compte que le fait d'être jeune à nouveau le submerge un peu. Il se plait à faire des activités d'enfants de son âge.


Je n'ai pas spécialement aimé le héros. Un père de famille qui aime faire la tournée des bars le soir où lors de ses voyages d'affaires n'est pas très charismatique à mon gout. Mais, étrangement, c'est un peu ce qui fait le retour à l'enfance encore plus important. En effet, c'est en revoyant sa famille étant enfant qu'il se remet en question en tant que père au présent. 


Chaque personnage rencontré (enfin plutot retrouvé) par le héros à une personnalité propre et une psychologie différente. Ainsi on peut s'accrocher à tout le monde vu qu'ils sont très réalistes. On sait déjà ce qu'ils feront plus tard vu qu'Hiroshi s'en souvient mais on peut voir des craintes oubliées au fil du temps. Ces héros secondaires aident bien Hiroshi à s'épanouir dans sa vie d'adolescent et à ne pas sombrer dans des activités qu'il n'est pas censé avoir à son âge. 


En bref, un manga agréable à lire, mais face auquel il ne faut pas rester passif, c'est un moment de reflexion sur son propre destin d'une certaine façon. 

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://bd.casterman.com/docs/Contents/200/_photo.jpg&sa=X&ei=WgCwTrvVArOM4gTyz6yxAQ&ved=0CAwQ8wc&usg=AFQjCNE2brwiSwXBwDOiMsqmr2GsVJ44rw

Repost 0
Published by lalynx - dans Critique manga
commenter cet article
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:10

Cliché de famille

Comme tous les matins, Irène se levait, mettait son peignoir, refaisait son lit et sortait de sa chambre.

Comme tous les matins, elle descendait le grand escalier de marbre décoré d'un tapis en velours rouge devenu pourpre avec l'âge.

Comme tous les matins, elle saluait son majordome qui lui amenait le petit déjeuner, repas sacré du matin, son journal et son courrier.

 

Contrairement aux autres matins, elle vit une lettre de sa fille. Sa fille ... Cela faisait maintenant 4 ans qu'elle était sans nouvelles. Non pas que celle-ci n'essayait pas de reprendre contact avec sa mère restée seule dans sa grande demeure. Mais Irène, reniant sa seule enfant refusait toute approche. Cette dévergondée avait simplement bafouer les règles de la bienséance.

 

L'histoire avait débuté il y a cinq longues années. A ce moment là, Irène vivait seule avec sa fille, Marie-Joëlle, le père de celle-ci, Jean-Charles, étant décédé quelques années auparavant lors d'un tragique accident. La noblesse coulait dans leur sang. Marie-Joëlle, étant adulte, n'avait plus de précepteur pour l'éduquer mais devait continuer à apprendre à se comporter de manière appropriée pour une jeune fille de ce rang. Sa mère cherchait dans les domaines des alentours un jeune homme bon et de bonne famille qui accepterait la main de sa fille. Il lui fallait une descendance importante pour faire vivre sa lignée.

 

Lors de l'hiver, la demeure eut quelques problèmes d'électricité. Encore instable à ce moment, c'était un problème récurrent. L'électricien venait souvent. Et avant qu'Irène ait pu y comprendre quelque chose, Marie-Joëlle s'était entichée de l'homme en salopette. Leur amour caché avait duré, grandissant de jour en jour. En les voyant revenir à deux, Irène comprit ce qui se tramait dans son dos. Elle les sépara et enferma sa fille, en essayant en vain de lui expliquer qu'une famille aussi noble que celle-ci ne pouvait sortir avec un homme du peuple. Le soir même, Marie-Joëlle s'enfuit et parti épouser l'homme qu'elle aimait éperdument.

 

C'est dans cet état d'esprit qu'Irène prit l'enveloppe entre les mains, reconnaissant l'écriture caractéristique de sa fille. Généralement elle aurait déchirer directement cette lettre sans chercher à en savoir plus. Mais, cette fois c'était différent. Était-ce le poids exceptionnellement léger du courrier ? Ou bien l'écriture étrangement tremblante ? Ou une simple intuition ? Quoi qu'il en soit, pour une fois elle décida d'ouvrir l'enveloppe et d'en sortir le contenu. Pas de lettres manuscrites, pas de carte de vacances, rien de tout ça. Mais quelque chose de plus important encore. Une unique photographie.

 

On y voyait Marie-Joëlle, changée depuis ces 4 ans mais ce sourire si personnel, cette façon de regarder l'objectif. Même dans une photo en noir et blanc, reconnaissable entre toutes. A ses côtés son mari, tout sourire lui aussi. Celui-ci n'avait aucune importance aux yeux d'Irène. Dans les bras de Marie-Joëlle, un enfant. Il devait avoir 6 mois. Ses yeux, les mêmes que Jean-Charles, percèrent le cœur meurtri de la vieille veuve, s'apprenant grand-mère. Elle trouva derrière la photographie une adresse.

 

Comme tous les matins, après avoir lu son courrier, Irène alla s'habiller. Le reste de la journée allait être très différente des autres...

Repost 0
Published by lalynx - dans Nouvelles
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 16:51

Je vous souhaite la pluie est un roman écrit par Elizabeth Tchoungui. Il raconte la vie de Ngazan, une jeune camerounaise travaillant pour faire vivre toute sa famille jusqu'à sa rencontre avec Alexandre, un "blanc" avec qui elle va vivre le grand amour, découvrir la france et faire publier ses livres.

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.decitre.fr/gi/18/9782266164818FS.gif&sa=X&ei=FzagTuP4KYmf-wbes7SoBQ&ved=0CAsQ8wc&usg=AFQjCNHw1vr8dn-oUMekle2tyQuvKSVUxw

Résumé du livre :

Par amour, Ngazan quitte le Cameroun pour la France. Elle laisse derrière elle une existence de misère, mais elle prend conscience que la vie sous la grisaille parisienne n'est pas forcément plus rose que sous le soleil étouffant de l'Afrique. Préjugés, indifférence, racisme ... Malgré toutes les barrières qui s'érigent devant elle, Ngazan ne baisse jamais les bras : elle reste une femme libre et fière de ses racines, prête à tout pour assumer ses choix. Pourtant sa nouvelle vie lui résiste. Ses armes pour conquérir cet Eldorado sans jamais trahir ses idéaux ? Son intelligence et son humour ...

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.blog-photo-nb.com/wp-content/uploads/2008/11/djinglia-cameroun.jpg&sa=X&ei=DzegTpqCBI_z-gbF4OCpBQ&ved=0CAsQ8wc4FA&usg=AFQjCNGv9ezNS8PgDf2bHUf6S848uVW24g

Mon avis :

Ngazan est une femme forte et fière de son peuple et d'elle-même. Elle refuse de s'abaisser à la prostitution ou de draguer tous les hommes blancs pour se sauver, elle tient à travailler et à se faire connaitre par elle-même. Mais quand elle rencontre Alexandre, c'est le coup de foudre. Très vite ils se mettent ensemble mais l'orgueil de Ngazan l'empêche de suivre tout de suite Alex en France car elle ne veut pas dépendre de lui. Elle finit par céder et la suite vous la découvrirez, je l'espère, par vous même en lisant ce roman.


L'héroine avec sa force et son courage donne d'emblée l'envie de connaitre ce qu'il va lui arriver et sutout comment elle va atteindre ses buts, ses rêves. Ses énervements légitimes ou exagérés rajoutent un réalisme à l'histoire qui n'empêche pas d'aimer ce personnage. Alex par contre ne m'a pas spécialement touchée. Si au début on en parle beaucoup, après l'arrivée en France il est toujours important mais un peu moins, on voit moins les détails de sa personnalité, j'ai trouvé ça un peu dommage.


J'ai apprécier l'histoire entre la fille noire et sa belle-famille blance. On y sent les tensions alors que la famille se dit non raciste. C'est un combat acharné que mène Ngazan tous les jours pour survivre au racisme mais aussi a l'absurdité de la vie en France. Par exemple voir un clochard dans la rue lui parait inconcevable. Au Cameroun tout le monde s'entre-aide même si ils sont pauvres.


L'histoire est bien écrite et accroche. Si le thème principale est le racisme, on y voit d'autres thèmes interressant comme la vie actuelle dans les pays Européens, le rêve européen (car si ce n'est pas le cas de Ngazan, certaines de ses amis viennent en France en espérant un avenir plein d'étoiles) et comment se faire connaitre dans la société actuelle, chacun ayant sa méthode bonne ou mauvaise.


Bref, un livre que je recommenderais certainement. Trop méconnu à mes yeux, je l'ai dévoré et je ne suis pas mécontente du tout de mon achat. A connaitre et à faire connaitre !

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.bonaberi.com/images/rubriques/7/7154.jpg&sa=X&ei=UEmgTofiBMXs-ga0tLmjBQ&ved=0CAwQ8wc&usg=AFQjCNGD84IYsQFBjFTEXL_WNGZJyOO9-w

une citation :

Tu es blanc, elle est noire, on vous le reprochera sans cesse. Ignorez les vautours, soyez forts et fertiles. Chez nous, les peuples du désert, l'eau est ce qu'il y a de plus précieux. Alors je vous souhaite la pluie. Qu'elle vienne à bout de la sécheresse des coeurs et qu'elle irrigue vos foyers.

Repost 0
Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 15:35

Une vie est un roman de Maupassant. Un classique de littérature à lire et à relire. Il raconte toute la vie d'une jeune fille: Jeanne.

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/0/4/2/9782253004240.jpg

résumé du livre :

Alors, elle songea ; elle se dit, déséspérée jusqu'au fond de son âme : "Voilà donc ce qu'il appelle être sa femme ; c'est cela ! C'est cela ! Et elle resta longtemps ainsi, désolée,l'oeil errant sur les tapisseries du mur... Mais, comme Julien ne parlait plus, ne remuait plus, elle ne parlait plus, ne remuait plus, elle tourna lentement son regard vers lui, et elle s'aperçut qu'il dormait ! Il dormait, la bouche entrouverte, le visage calme ! Il dormait !

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/152720/gd/1229375329/Guy-de-Maupassant-ses-Themes-Gravure-Une-vie.jpg&sa=X&ei=paSRToiCB4nU4QTP5_iFAQ&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNEVDR9chU9ATw-UUSgh2QN7Uovngw

mon avis :

J'ai pris ce roman, sur ma liseuse, c'est donc ma première critique venant d'un livre lu sur e-reader (sortons le champagne !). Bref, ce roman est l'histoire de la vie de Jeanne, de sa sortie du couvent à ses 18 ans jusqu'à ses vieux jours. Un roman montrant la véritée de la vie mais aussi beaucoup les questions qu'on se pose tous à différents stade de la vie.


L'histoire est assez sombre. Jeanne subit beaucoup de malheurs ponctués de rares moments de joies mais qui la poussent à avancer. A chaque fois que l'on se dit "bon maintenant ça devrait aller" il se passe quelque chose qui va faire rebondir le récit. Contrairement à d'autres aventures où le héros ne feraient que se plaindre, Jeanne relève la tête et fait face à sa vie, se renforce et riposte à sa manière.


Chaque personnage à un profil psychologique propre et recherché. Pour ne parler que des principaux, Jeanne par exemple m'énervait par sa naïveté, probablement fréquente chez les jeunes filles qui n'ont vécu que dans un couvent sans rien connaitre d'autre. mais mal grès cette attitude naïve, elle est forte et continue à vivre après tout ce qui lui tombe dessus sans qu'elle comprenne. Julien, c'est typiquement le dragueur, l'homme parfait au départ qui se transforme au cours du récit. Au départ par 2-3 broutilles qu'on laisse passer en se disant "chacun à ses défauts" et petit à petit on finit par le détester. Je ne parle ici que des deux personnages important, il y en a biensur d'autre mais je ne vais pas tout écrire (de peur aussi de spoiler sans le vouloir).


Le rythme du récit est bon, il s'y passe beaucoup d'actions et laisse des moments plus calme quand on a envie de souffler de tout ce qui se passe. Ce n'est ni trop lent ni trop rapide.


Bref, n'étant à la base pas une grande fan de littérature classique (principalement car je n'en lis pas beaucoup), j'ai été conquise par Maupassant. Ce n'est pas compliqué à lire comme on pourrait s'y attendre et son histoire est toujours d'époque, comme quoi rien ne change avec le temps. 

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.teheran.ir/local/cache-vignettes/L248xH336/946-1-48552.jpg&sa=X&ei=W6eRTsr5Nob14QShppiuAQ&ved=0CAkQ8wc4Gw&usg=AFQjCNFSvToqwqiAaRDL72C5YWSySfXdDg

une citation :

Comment serait-il ? Elle ne le savait pas au juste et ne se le demandait même pas. Il serait lui, voilà tout.

Repost 0
Published by lalynx - dans classique
commenter cet article
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 15:50

Into the wild est l'histoire d'un jeune homme rêveur qui décide de partir voyager seul, sans argent, sans papier d'identité et sous un faux nom. J'ai voulu le commencer en anglais, mais j'ai vite abandonnée pour la version française que j'ai abandonné aussi

Cette critique n'est donc pas complète vu que je n'ai pas totalement fini le livre, je tenterais surtout d'expliquer pourquoi j'ai arrêter la lecture

http://idata.over-blog.com/0/38/45/71/03-11/into_the_wild.gif

résumé du livre :

Toujours plus loin. Toujours plus au nord. Toujours plus seul. Inspiré par ses lectures de Tolstoï et de Thoreau, Christopher McCandless a tout sacrifié à son idéal de pureté et de nature. En 1990, une fois son diplôme universitaire en poche, il offre ses économies à une association caritative et part, sans adieu, vers son destin. Celui-ci s'achèvera tragiquement au coeur des forêts de l'Alaska...

Jon Krakauer évoque aussi à travers cette échappée belle ceux qui, un jour, ont cherché à quitter la civilisation et à dépasser leurs limites. Magistralement porté à l'écran par Sean Penn, into the wild s'inscrit dans la grande tradition du road-movie tragique et lumineux, une histoire aux échos universels.

http://wildernessjourney.wikispaces.com/file/view/FairbanksWinterSolstice.jpeg/169329997/FairbanksWinterSolstice.jpeg

Mon avis :

J'ai connu Into the wild grâce à mon frère qui avait adoré le film et dévorer le bouquin en anglais. Comme j'ai horreur de regarder un film tiré d'un livre sans le lire à l'avance, j'ai voulu m'essayer à l'anglais. Ce fut un échec total ... Je l'ai donc recommencé en français, ce qui au final n'a pas donné tellement mieux.


L'histoire de McCandless est réellement interressante. On y voit un homme, qui croit à ses rêves de liberté et de nature qui va jusqu'au bout des choses. Il fait de belles rencontres durant son voyage et découvre la vie solitaire de nomade. Même si ça se finit mal, on le sait dès le départ, cela fait rêver sur cet homme qui contrairement à beaucoup de personnes à l'heure actuel à décider de vivre son rêve coûte que coûte.


Si l'histoire me plait, j'ai du mal à lire l'histoire. Même si c'est moins réaliste, j'aurais aimé que l'histoire soit plus romancée, qu'on découvre bien la personnalité du héros. Ici la narration montre bien les faits en essayant de les relier entre eux pour obtenir une histoire cohérente. On voit le gros travail derrière, mais au final le style me fait plus penser à un rapport de police qu'a un roman. 


Ensuite, il y a beaucoup, vraiment beaucoup, de descriptions. On a droit à 2-3 pages d'explications sur toute la topographie du lieu ou se trouve le héros à chaque fois qu'il bouge, et des détails aussi sur chaque personne qu'il rencontre. Le genre de trucs qui sont longs à lire et qu'on oublie presque aussitot. Biensur il est important de replacer le lieu pour qu'on imagine bien le cadre de vie de Chris ou Alex mais à ce niveau là c'est vraiment trop détaillé


En bref, une chouette histoire entrainante mais il faut s'accrocher pour le lire d'un bout à l'autre. Si j'ai abandonné en cours de route, certaines personnes plus patiente ou plus passionnées que moi n'auront aucun problème à apprécier cette histoire à sa juste valeur.

http://static.skynetblogs.be/media/58375/dyn008_original_450_308_png_28563_fe5f272e146b1722df8b30dbf07a303c.png

une citation :

Pendant les deux mois qui suivirent, il parcourut les routes de l'Ouest, envoûté par les dimensions et la puissance du paysage, excité par de petites infractions à la loi, goûtant la compagnie d'autres vagabons rencontrés en chemin et laissant les circonstances décider de sa vie.

Repost 0
Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 16:38

Wanted est un recueil d'histoires d'histoires courtes dessinées par Eiichiro Oda, l'auteur de One piece.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRe--tLozAcOojAuZT_IR6NoNMqqRJPgmb3e-1eXymea9nVozsQnZLIHkq6pw

Résumé du manga :

Wanted est un one shot qui se présente comme un recueil d’histoires courtes, premiers travaux de Eiichiro Oda. L’auteur y étudie plusieurs pistes scénaristiques, principalement autour de deux axes : le western (avec Wanted) et la piraterie (avec Romance dawn). On sait maintenant quel fut son choix, mais on ne peut que regretter que l’auteur n’ait pas eu le temps de développer une aventure western. Dans ce recueil, donc, on trouve la deuxième version de Romance Dawn qui a été publiée dans la magazine Weekly Jump en 1996, 6 mois après la première version, où toutes les bases qui conduiront au manga phénomène One Piece sont posées. On rencontre ainsi Luffy, qui parcourt les mers sur une petite barque, et va croiser la route d’un bateau pirate commandé par le capitaine Spiel. Ce dernier a capturé une jeune fille et son oiseau-panda, un animal rare (et donc cher). On y découvre enfin les origines des pouvoirs élastiques de Luffy. Volume fondateur d’une des séries les plus célèbres de tous les temps, Wanted est la première pierre incontournable de tous les amateurs de One Piece, et admirateurs de Oda.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRcxTFuo3x5vIPWC8oaXlGTUphmwr_sTuwAz5JMHTzDIUtVaVzAwKgI56OU

Mon avis :

Etant fan de one piece, cela faisait un moment que je bavais devant wanted. Je l'ai enfin acheté récemment et dévorer dans mon lit en savourant chaque passage ;-).


Pour commencer, on reconnait le style de dessin d'Eiichiro Oda (bah oui c'est lui qui dessine, c'est donc logique) mais surtout au tout début. Passer du dernier tome de one piece à wanted donne un petit choc visuel. Ce qui est normal vu que ce sont des histoires qu'il a dessinées avant one piece. 


Les histoires sont agréables à lire. Ceci dit j'ai trouvé qu'elles avaient moins d'humour que le manga actuel. La deuxieme histoire (un brigand qui décide de se racheter et doit sauver un grand magasin qui va être touché par une météorite) est celle que j'ai préférée. Elle est bien ficelée et il y a beaucoup d'humour. J'ai été étonnée de voir que la dernière histoire, la seule de piraterie du nom de Romance dawn, ressemble beaucoup à One piece. Et pourtant il dit qu'il en a fait deux, et qu'il a posté celle-ci car c'est la plus éloignée de l'oeuvre actuelle.


J'aurais bien aimé savoir ce qui se serait passé si Oda avait choisi l'univers western plutot que de celui des pirates. Ceci dit étant fan des pirates depuis le plus jeune âge je suis bien contente de son choix.


C'est un manga que je recommanderais à tous les fans de one piece, mais pas trop aux personnes n'ayant pas lu le manga qui seraient moins fascinés par le tout début de l'auteur.

http://www.google.be/url?source=imglanding&ct=img&q=http://www.yozone.fr/IMG/jpg/9782723479004-G_centre.jpg&sa=X&ei=2CdqTuOdE4n54QT7hfjSBA&ved=0CAYQ8wc4WA&usg=AFQjCNHqla3l2pQgk4HIEj7RjTIwwPL1DA

Repost 0
Published by lalynx - dans Critique manga
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 15:09

Plus fort que la haine est le roman autobiographique de Tim Guénard. Durant son enfance, il a été abandonné par sa mère, battu par son père, il a rejoint diverses familles d'accueil, des maisons de corrections d'où il s'est enfui. Après un long parcours, il a réussi à pardonner et à découvrir le bonheur.

http://images-booknode.com/book_cover_plus_fort_que_la_haine_48692_250_400

Résumé du livre :

Tim est une "mauvaise graine". Abandonné par sa mère et battu à mort par son père, il devient à cinq ans un enfant de l'Assistance. De familles d'accueil en maisons de correction, de brutalité en humiliations, il apprend la violence et la haine. Pourtant, son immense soif de liberté et d'amour l'entraînera dans les rues de Paris, au hasard des rencontres, à la recherche d'une humanité perdue et d'un accès au bonheur... Poignant témoignage d'une enfance dévastée, cet ouvrage est aussi un manifique éloge de l'amour, du pardon et de la vie.

http://www.caminocatolico.org/home/images/stories/tim.gif

mon avis :

J'ai découvert l'histoire de Tim Guénard grâce à ma prof de religion de 4ème secondaire (seconde en France). Ma prof lisait quelques pages de son autobiographie à chaque début de cours pour qu'à la fin de l'année on soit à la fin du livre. Contrairement à d'autres élèves qui en profitaient pour dormir, cette histoire m'a marquée. J'ai trouvé récemment le livre chez un bouquiniste totalement par hasard et je me suis relancée dans sa relecture.


En général c'est le genre d'histoire que je deteste, un enfant à qui il arrive tous les malheurs possible et imaginables. La différence de ce livre ci est déjà que l'histoire est réelle mais aussi qu'on peut suivre une courbe croissante qui va de son malheur à sa libération. C'est vraiment lorsqu'il arrive en maison de correction qu'il décide de prendre son avenir en main quoiqu'on lui dise.


Les passages sur la religion peuvent paraitre longs. Je ne crois pas en Dieu mais j'ai une certaines passions pour les différentes religions et ce qui pousse les personnes à croire à tel ou tel religion. Ces passages m'on donc passionnés autant que le reste de l'histoire. Elle est très présente et importante ici car elle a aidé Tim Guénard à s'en sortir et à apprendre à aimer, à donner et à recevoir. 


Comme lors de la première lecture, l'histoire m'a totalement scotchée devant mon livre. C'est un livre à lire et à faire lire. Si il n'est pas facile émotionellement sur certains passages, il ouvre les yeux sur la réalité.

http://trosly.archoise.org/images/CC%20beau%20logo%20bidouille%20bleu%20copy.gif

une citation :

Notre passé, notre souffrance, nos galères, nos cris, c'est le chant en langue des pauvres.
On ne peut être aujourd'hui sans avoir été hier.

 

Qui que tu sois, quelles que soient tes blessures et ton passé douloureux, n'oublie jamais dans ta mémoire meurtrie, que t'attend une éternité d'amour. 

Repost 0
Published by lalynx - dans témoignage
commenter cet article

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires