Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 12:46

Après deux longues (très longues) années d'attente, Le magasin des suicides apparait enfin sur nos écrans en ce mois d'octobre alors qu'on l'attendait pour le mois d'avril. C'est avec impatiente que je me suis rendue au cinéma, prête a payer exceptionnellement le prix exorbitant de la place. Et je n'en ai pas été déçue

http://i41.servimg.com/u/f41/11/11/30/77/le_mag10.jpg

Ma découverte du livre s'est faite comme ceci : alors que j'étais dans ma librairie préférée, j'ai décidé de prendre un livre au hasard et de voir si le résumé me plaisait, c'est ainsi que j'ai découvert le magasin des suicides et au passage mon auteur préféré. Peu après l'avoir lu et avoir adoré ce roman, j'ai appris qu'il y allait avoir un film. Et pas n'importe quoi comme film, un film d'animation. C'est donc depuis cette époque que j'attends impatiemment de voir ce que nous réserve le réalisateur.

http://www.focusonanimation.com/wp-content/uploads/2012/02/The-Suicide-Shop_IM01_0.jpeg

Le film commence très ironiquement sur la chanson "y a d'la joie de Charles Trenet, rien de mieux pour démarrer directement dans l'humoir noir et macabre où on ne prend rien au sérieux. L'animation est très sombre et les dessins en 2D donnent vraiment super bien. 

Les personnages sont assez ressemblant à la description de Jean Teulé excepté Lucrèce que j'imaginais maigre et sombre. L'univers de l'histoire est assez bien respecté : on retrouve un monde où le suicide est assez habituel qui se situe probablement dans le futur.

 

Malgré ça, l'histoire a été totalement changée. J'ai entendu beaucoup de personnes se plaindre de la fin qui est totalement différente, mais vu que le cours même de l'histoire a été changé j'ai trouvé que ça ne posait pas vraiment de problème. Bien sur j'aurais préféré une fin plus sombre au lieu d'un happy ending pour rester dans l'optique du livre. Par contre les roses qui apparaissent sur l'écran et l'histoire d'amour sont assez kitsch, cela avait été mieux développé dans le livre.

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/le-magasin-des-suicides-n-importe-qui-peut-il-faire-de-l-animation-3505144/63729646-1-fre-FR/Le-Magasin-des-suicides-n-importe-qui-peut-il-faire-de-l-animation_portrait_w532.jpg

Je mets quand même un gros point négatif pour les chansons. Même si j'adore en écouter, trop c'est trop. Il y en a toutes les 5 - 10 minutes et certaines voix sont incompréhensibles (mais que disent ces rats bon sang ?). De plus les paroles étaient par moment assez niaises.

 

En bref, une bonne adaptation, agréable à voir, de préférence entre amis pour délirer. J'éviterait de le montrer à un enfant contrairement à certaines familles qui étaient présentes dans la salle de cinéma. Hélas on a l'impression que le film ne sait pas vers quel public il se tourne, à la fois niais enfantin et de l'humour noir assez mature, il ne plaira pas à tout le monde. 

Repost 0
Published by lalynx - dans Divers
commenter cet article
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 10:33

La belle au bois dormant est un conte écrit par les frères Grimm que je lis dans le cadre du challenge disney

disney

Résumé (selon babelio) :

Cent ans de sommeil... et le baiser du prince... «À seize ans, la princesse se piquera avec un fuseau et mourra !» Tel est le terrible sort jeté par une fée le jour du baptême d’Aurore. Heureusement une autre fée parvient à adoucir la sentence, transformant la mort de la princesse en un sommeil long de cent ans. Le sortilège s’accomplit et plonge les habitants du château dans un profond sommeil. Bravant le mur de ronces qui encercle le domaine, un prince parvient enfin cent ans plus tard à rejoindre Aurore et la réveille par son doux baiser. Une histoire si belle qu’on la raconte encore aujourd’hui. 

http://a4.idata.over-blog.com/400x300/2/73/27/18/1/La-belle-au-bois-dormant.jpg

mon avis :

Il faut l'avouer, je n'ai quasiment aucun souvenir du disney que je n'affectais pas trop étant enfant. Mais me voilà avec le conte qui fait seulement 5 pages, je ne pouvais donc pas m'empêcher de le lire avant de revoir le dessin animé.

 

Un roi et une reine rêvent d'avoir un enfant, quand un jour une grenouille vient promettre à la reine que d'ici un an elle sera mère. Cela se produit et les heureux parents décident d'inviter toutes les sages-femmes. Mais ils n'ont que 12 couverts en or et 13 sages femmes dans la ville, ils en laissent donc une chez elle plutot que de racheter un couvert. Chaque sage-femme offre à la nouvelle venue dans le monde une vertue : beauté, gentillesse, intelligence, etc. Mais alors que la onzième a prononcé son voeu, la treizième oubliée arrive et prononce sa sentence "à l'âge de 15 ans elle se piquera sur un fuseau et tombera raide morte !". Heureusement la douzième qui n'avait pas encore donné sa vertu change légèrement la donne "la princesse ne mourra pas mais tombera dans un sommeil de cent ans". Et c'est ainsi que se passe la naissance de la belle au bois dormant.

 

Le conte est assez court et le conte comportent beaucoup de "et" ce qui devient répétitif à la longue. Malgré cela, il est agréable à lire. Tout se passe assez vite vu que le conte est court donc on ne peut pas réellement tisser des liens avec les différents personnages. Il reste quand même assez stéréotypé car c'est un conte de base : un roi une reine, un enfant, un mauvais sort qui s'accomplit, un prince cinglé qui brave les dangers malgré que des centaines d'autres ont péri en essayant, un baiser, un mariage et tout le monde est heureux. Donc il n'y a pas vraiment de surprises ou d'étonnement en lisant le conte. Mais il reste un conte phare de l'histoire.

http://lhommeauboisdormant.blogspirit.com/media/00/02/2041762413.jpg

une citation :

Or, à l'instant où elle sentit la piqûre, elle tomba sur le lit qui se trouvait là, et resta plongée dans un profond sommeil. Et ce sommeil se propagea à tout le château.

Repost 0
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 15:35

Après ces deux mois de vacances, je reprends les articles du moi en vous faisant découvrir aujourd'hui "Rhythm paradise"

http://www.lacrampeauxdoigts.com/wp-content/uploads/2009/03/2009_03_17_rhythm_paradise.jpg

Rhythm paradise est un jeu de rythme qui nous viens du Japon (thanks captain obvious...). Mais c'est avant tout un jeu prenant par ses musiques et totalement délirant. Tout est fait pour nous perturber et les situations sont totalement improbables, que ce soit remplire des robots d'huile, de jouer au tennis ou encore de ramasser des légumes.

http://de-bug.de/games/files/uploads/2009/06/Rhythm-Paradise-Nintendo-DS-2.jpg

Je cherchais ce jeu depuis un petit moment pour délirer dessus, et m'amuser sur la musique. Mais ce n'est pas pour autant que je le jeu est facile ! Il faut vraiment suivre le rythme et faire l'action au bon moment. Excepté la musique, rien ne vous indiquera quand il faut faire l'action, alors soyez vigilant. De plus, après 4 jeux différents, on a droit à un melting pot dans un seul remix qui part dans tous les sens ! Alors soyz prêts à passer d'un jeu à l'autre sans savoir lequel ce sera.

 

Je vous laisse avec une petite vidéo qui parlera nettement plus

 


ps : pour ceux qui apprécient Buffy contre les vampires (et qui ont tout regardé) je vous conseille cette fanfiction : cliquez ici

Repost 0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 19:06

Quand la mère se retire est un nouveau roman écrit par Claire de Viron. Le livre m'a été gracieusement offert par l'auteur même que je remercie.

deviron010.jpg

Résumé du livre :

Désiré cherche une revanche sur la vie en devenant l'un des meilleurs traders, mais une faille le ronge. C'est le "burn-out".

Sa femme, Bella, l'accompagne avec une ardente patience et un humour déridant dans la recherche d'un équilibre, tandis que la mère biologique de Désiré redouble d'astuces pour le retrouver.

Humour-amour-poésie, dans un monde morose, un coup de fraîcheur.

http://www.linternaute.com/photo_numerique/galerie-photo/photo/dans-l-ombre-de-l-objectif/image/l-homme-chapeau-435790.jpg

mon avis :

Claire de Viron, professeur de religion et mère avant tout, étant une collègue (et amie) à mon père, j'ai pu recevoir gratuitement son premier roman qui est, à mon gout, une belle première. C'est donc avec plaisir que je vous fait connaître ce roman encore méconnu.

 

On suit plusieurs histoires en parallèle : Celle de Désiré et Bella ainsi que celle de la mère biologique de Désiré qui chercher à retrouver celui-ci. Désiré se sent incapable d'être aimé et à du mal à se comporter avec les autres depuis l'enfance, et ce mal le ronge. Bella essaye de l'aider petit à petit en essayant de ne pas le brusquer, ce qui s'avère compliqué. La mère biologique de Désiré, qui voudrait retrouver son fils qu'elle aurait aimé garder, commence par écrire un livre de son histoire avant d'essayer de tout faire pour découvrir l'homme que son fils est aujourd'hui.

 

Je dois avouer que je n'ai pas trop apprécié le personnage de Désiré qui est un peu trop arrogant à mon goût. Il aime boire avec son meilleur pote et n'hésite pas à être machiste et méchant avec sa femme. Ceci dit, il a de bons côtés aussi et il s'amèliore au fur et à mesure du récit.

J'ai bien aimé Bella, une femme avec de la joie de vivre et qui ne se pose pas trop de questions pour avancer. Elle comprend très vite les choses et arrive à tout gérer sans aucun problème.

Mélanie, la mère biologique, est le personnage à mon goût le plus travaillé. Elle est partagée entre l'espoir de retrouver son fils mais aussi la tristesse et la peur qu'il ne l'accepte pas. Elle a beaucoup de remords.

J'ai aussi adoré l'homme au chapeau qu'on voit sur la couverture, il a une personnalitée attachante ;-).

 

L'histoire est intriguante : on ne sait pas où elle va nous mener. Au départ tout s'interpose sans vraiment avoir de liens, c'est en avançant dans l'histoire que l'on comprend que les deux histoires en parallèle s'entrecroisent durant la vie des deux protagonistes. Tout fini par se mettre en lien et on comprend réellement ce qui l'en est. Au départ, Désiré semble être au plus mal et impossible à raisonner sur sa paranoïa, sa peur d'aimer et son rejet du passé. Tout ce qui paraît accessoire prend un véritable sens à la fin de l'histoire.

 

Par contre, j'ai eu plusieurs fois du mal à me situer dans l'histoire. Certains évènements sont entre-mêlés sans qu'on sache exactement lequel se passe avant lequel. D'autres évènements sont mis en sous-entendus qui ne passent pas si on n'est pas bien éveillé et prêt à réflechir. Ceci dit ces petits soucis n'entravent pas vraiment le récit.

 

En bref, un chouette roman qui mérite d'être plus connu. Rapide et agréable à lire. Il parle aussi de plusieurs faits actuels courants qu'on ne retrouve pas forcément dans la littérature (burn-out, la question de l'adoption et de plus petits détails comme l'utilisation de facebook, les activités entre potes, etc). 

http://www.editions-monvillage.ch/images/auteurs/68.jpg

une citation :

Imaginer que je puisse t'oublier était illusoire. Je ne l'ai jamais tenté. Comment oublier que la chair de ma chair s'épanouissait si près de moi sans connaître le ventre qui l'avait fait naître ?

Repost 0
Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 14:16

Vampire knight est un manga réalisé par Matsuri Hino que j'ai lu dans le cadre du baby-challenge manga

http://data0.jeblog.fr/bibliotheque-d-aurore/perso/3%20-%20images%20livres/vampire%20knight%201.jpg

Résumé du tome :

À l'Académie Cross, internat réputé, la Night Class n'est composé que de beaux et brillants élèves. Mais derrière leur apparence de lycéens ordinaires, se cachent en réalité... des vampires !! Yûki et Zero sont tous deux des Gardiens, chargés de protéger ce secret. Yûki, convaincue q'une coexistence pacifique possible entre humains et vampires, prend son rôle très au sérieux... Alors que Zero nourrit une haine féroce contre ceux qu'il voit comme des monstres.

http://images-booknode.com/book_cover/2690/full/vampire-knight,-tome-16-2689602.jpg

Mon avis

Je me souviens avoir déjà commencé ce manga il y a bien longtemps, mais je l'avais abandonné au milieu car je n'avais pas aimé. Maintenant, 5 ans après, je retente l'expérience pour le baby-challenge, grâce au prêt d'une amie. Mon avis initial reste malgré tout inchangé.

 

Enfait, à mon gout, vampire knight à tous les défauts qu'on retrouve dans les mangas et la bit-lit regroupés. Des vampires assez pacifique qui accepte de vivre avec ce qui devrait être leur nourriture, et ne se nourrissent que de médicaments qui leur donne les propriétés du sang. Ces mêmes vampires qui n'ont rien de mieux à faire de leur éternité que d'aller à des cours (certes poussés mais quand même...). Toutes les filles sont amoureuses de ces "beaux et étranges élèves qui n'ont cours que le soir", au point que les garçons de la Day Class doivent se sentir vraiment lésé. Une héroïne qui ne sait pas trop où se placer et vit une histoire d'amour triangulaire entre un vampire et son meilleur ami. Quelqu'un qui déteste les vampires mais cache un terrible secret dont personne ne se doute. Et j'en passe des meilleures.

 

L'histoire manque de rebondissement, à vrai dire je n'ai pas compris l'intrigue. On suit Yûki et Zero qui doivent empêcher les humains de venir faire un petit coucou aux vampires. Excepté cela il n'y a pas d'histoire réelle. On suit les cours et les évènemens lycéens. Zero cache un secret qu'on découvre bien vite. Les vampires aussi mijotent quelque chose par rapport à Yûki mais ce n'est pas si intriguant. Les rares scènes d'actions sont stoppées bien vite par un bon samaritain humain ou vampire, et tout se règle facilement. De plus, c'est assez redondant car toutes les 10 pages on a droit à "La Night Class a un secret qu'ignorent les élèves de la Day Class... et c'est que ... la Night Class est réservée aux vampires", comme si on a oublié l'histoire entre temps.

 

Au niveau des personnages, il y en a peu que j'ai apprécié (toujours stéréotypés). Je dirais juste que j'ai bien apprecié un des vampires, Aïdo, qui a l'air d'avoir une personnalitée un peu plus recherchée même si il est mis en arrière plan (d'ailleurs je mets une image de lui pour cloturer).

 

En bref, c'est rare que j'ai un avis totalement négatif sur quelque chose mais ce manga est vraiment inintéressant à mon goût. L'intrigue aurait pû être intéressante si elle était mieux menée, plus sérieuse et plus logique. Ici, je ne vois qu'un manga adressé à un public de jeunes minettes en délire.

http://24.media.tumblr.com/tumblr_m52dv8mBqI1qepsaro3_500.jpg

Repost 0
Published by lalynx - dans Critique manga
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 15:54

J'ai commencé la série doubt dans le cadre du baby-challenge manga de livraddict. C'est une série de manga réalisés par Yoshiki Tonogai.

http://2.bp.blogspot.com/_G7jeL9ul1N0/TUWFo5IMfGI/AAAAAAAACWA/M9sFX9R4FZ4/s1600/doubt+1+couv+001.jpg

résumé du tome :

Rabbit doubt fait fureur au Japon : Dans ce jeu sur téléphone portable, des lapins doivent débusquer le loup qui se cache parmi eux. Quant au loup, il doit utiliser tous les subterfuges possibles pour semer la confusion dans le groupe et éliminer un par un tous ses adversaires...

Mais pour cinq fans du jeu, Rabbit doubt ne tarde pas à virer au cauchemar : ils se réveillent enfermés dans un bâtiment désaffecté avec, à leurs côtés, le corps d'une camarade assassinée. Tatoué sur la peau des adolescent, un mystérieux code-barres qui leur permet à chacun d'ouvrir une porte différente semble être leur seul espoir de salut. Pas de doute : un loup se cache bien parmis eux, et il leur faudra le démasquer avant d'être dévorés...

http://pausemedia.files.wordpress.com/2012/03/doubt_lapins_pendus.jpg

mon avis :

Un jeu et une histoire dans le style des dix petits nègres de d'Agatha Christie et le jeu du loup-garou assez répandu actuellement chez les plus jeunes. Le jeu se joue par telephone, chacun incarne un lapin mais l'un d'eux est en vérité un loup qui va tout faire pour mener les lapins à leur perte. Les autres doivent démasquer le loup avant de se faire manger. Un jour, cinq fans de ce jeu décident de rencontrer (et ajoutent une autre amie qui ne connait pas le jeu au passage) et de passer une journée ensemble. Mais cette journée tourne au drame quand ils sont enlevés et se réveillent dans un bâtiment désaffectés, l'une d'entre eux étant morte et accrochée au mur.

 

Je n'ai pas encore vraiment eu le temps de m'accrocher aux personnages sur ce premier tome. Mais je vais quand même faire un bref recapitulatif.

Le héros principal, Yû, est un garçon assez gentil, qui veut protéger son amie et qui n'a pas l'air doué dans ce jeu. Je n'en ai pas pensé grand chose. Il a l'air un peu paumé (ce qui est compréhensible)

Mitsuki, l'amie du héros qui ne joue pas au jeu à la base, est une passionée de justice. Elle est sympa, déboussolée par les évènements mais essaye de garder son sang-froid.

Rei est une jeune fille assez timide et gentille, qui veut juste aider les gens. Elle n'aime pas trop sortir. Je l'ai appréciée.

Eiji est un peu voyou et ne sait pas grader son sang-froid. Il se contente de s'énerver et ne sert pas à grand chose au final. (mais je ne pense pas qu'il soit loup, mais ce n'est que mon avis)

Haruka a l'air d'être la dragueuse de service avec une belle poitrine et tout ce qui va avec... Ceci dit elle reste cool malgré les évènements et garde la tête haute.

Hajime, étudiant en médecine, stoïque, blasé, calme est bien un personnage utile pour les autres mais je ne l'apprécie guère.

 

L'histoire est originale et accroche. On se retrouve plongé dedans à essayer de démêler le vrai du faux pour savoir qui est le loup, ce qui n'a pas l'air facile à deviner. Sur ce premier tome je suis encore un peu perdue mais je vais me faire un meilleur avis sur la suite. Par contre je l'ai trouvé assez erratique, dans le sens où on passe un peu trop vite d'une action à l'autre et je me suis perdue plusieurs fois. De la même manière, je ne sais pas toujours qui est en train de parler.

 

En bref, un manga un peu gore avec un synopsis original. J'attends de voir la suite pour me faire un avis un peu plus tranché car pour l'instant je suis assez mitigée et je ne sais pas vraiment quoi en penser.

http://a.n.g.e.l.u.s.1.free.fr/base_slim/Galerie/albums/Scans/Doubt/Doubt_Chap2_42.jpg

Repost 0
Published by lalynx - dans Critique manga
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 12:30

Le premier tome des royaumes du Nord m'a été offert par mon meilleur ami que je remercie. C'est un livre fantastique de jeunesse écrit par Philip Pullman

http://media.paperblog.fr/i/353/3535884/croisee-mondes-tome-1-royaumes-nord-philip-pu-L-2.jpeg

résumé du livre :

Pourquoi la jeune Lyra, élevée dans l'atmosphère confinée du prestigieux Jordan College, est-elle l'objet de tant d'attentions ? De quelle mystérieuse mission est-elle investie ? Lorsque son meilleur ami disparaît, victime des ravisseurs d'enfants qui opèrent dans le pays, elle se lance sur ses traces.

Un périlleux voyage vers le Grand Nord, qui lui révélera ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d'un autre monde.

http://www.unificationfrance.com/IMG/jpg/golden_compass_boussole_d_or_changement_4.jpg

mon avis :

J'avais connu ce livre grâce au film que j'ai vu il y a bien longtemps. Sur le coup j'avais apprécié le film mais il se trouve que je l'ai très vite oublié car il n'était pas exceptionnel. Je me rappelais surtout des ours en armure car ils sont cools. Malgré tout, j'avais envie de lire le livre pour voir ce qu'il vaut par rapport au film. Et c'est à l'occasion de mon anniversaire que mon meilleur ami me l'a offert. C'est une bonne découverte.

 

Pour l'histoire, Lyra et son daemon (prononcez "démon") Pantalaimon vivent dans le Jordan College, s'amusant avec les enfants du coin. Une vraie petite rebelle qui n'en fait qu'à sa tête. Elle est la nièce de Lord Asriel qui a l'air assez important en politique, sans qu'elle n'en sache vraiment plus. Mais un jour son meilleur ami se fait enlever par les "enfourneurs", des kidnappers d'enfants. En même temps, on lui propose de commencer une véritable éducation en accompagnant Mme Coulter, une magnifique et intelligente femme qui cache de sombres desseins. 

 

J'ai apprécié l'histoire pour son côté déboussolant : nous sommes ici dans un autre monde où tout s'est passé différemment. Il faut donc s'habituer et se faire à ce nouvel univers qui est quand même proche du notre par bien des points. Tout d'abord il y a les daemons, des créatures qui accompagnent les êtres humains, ils sont leur âmes. Ils prennent une forme définitive quand leur humain atteint la puberté et devient donc un adulte. Ensuite il y a d'autres créatures comme les ours en armure, les sorcières et les monstres des falaises.

 

Ce que j'ai moins apprécié, et que je reproche à beaucoup de livres jeunesse, c'est que Lyra qui n'a même pas 12 ans arrive à se sortir de n'importe quelle situation. Qu'elle soit débrouillarde et maligne, je peux le concevoir, mais qu'elle arrive à déjouer des plans bien conçu et qu'elle ait une chance incroyable ça devient gros. Comme au moment où elle est enfermée chez les enfourneurs et qu'il y a justement un test d'alarme incendie assez mal organisé. 

 

Pour les personnages, je ne sais pas trop quoi penser de Lyra, elle est intelligente et rebelle ce que j'apprécie mais d'un autre coté elle me tape sur les nerfs par moment (par l'exagération mise juste avant, mais aussi parce qu'elle ne sait pas écouter ce qu'on lui dit).

Pantalaimon est assez froussard mais il a quand même la determination de son humain. Je l'ai bien aimé.

J'ai aussi appprécié Roger, le meilleur ami de Lyra, qui est moins rebelle mais réfléchis un peu plus avant de faire des conneries.

Iorek est un ours en armure, à moitié alcoolique, grognon, blasé, ... Il a tout pour plaire en gros. Malgré son caractère de cochon, il est loyal et fort. On s'attache facilement à lui.

La tribu des gitans en général (car dire chaque personnage serait trop long) est un chouette clan, on a envie de rester avec eux.

Je ne dis rien pour Mme Coulter et Lord Asriel car se serait dur sans spoiler.

 

L'aventure est bourrée de rebondissements. Même si c'est assez facile de se douter de ce qu'il va se passer par la suite, l'auteur arrive à nous étonner en mettant des évènements qu'on n'avait pas prévu du tout. De plus, certains élèments de l'intrigue sont disposés dès le début et on comprend leurs significations qu'au cours (voir à la fin) du roman.

 

En bref, un très chouette roman de jeunesse, bien meilleur que le film (que je devrais revoir). Agréable à lire et à imaginer car les décors sont fabuleux. Mais pas non plus un chef-d'oeuvre. Je m'attendais à être plus surprise que ça.

http://static.guim.co.uk/sys-images/Books/Pix/pictures/2009/7/10/1247239942134/Philip-Pullman--001.jpg

une citation :

Et voilà : plus rien ni personne d'autre n'existait désormais aux yeux de Lyra. Les yeux fixés sur Mme Coulter, avec une fascination respectueuse, elle l'écoutait raconter ses histoires où il était question de constructions d'igloos, de la chasse au phoque et de négociations avec les sorcières de Laponie. Les deux Erudites n'ayant rien d'aussi excitant à raconter, elles gardèrent le silence jusqu'à ce que les hommes les rejoignent

Repost 0
Published by lalynx - dans jeunesse
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 12:11

Voici enfin la fin d'hunger games de Suzanne Collins.

/!\ La critique et le résumé peut contenir des spoilers du tome 1 (critique ici) et du tome 2 (critique )  /!\

http://www.canislibris.be/wp-content/uploads/2012/04/Hunger-Games-la-r%C3%A9volte-de-Suzanne-Collins.jpg

Résumé du livre :

Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu'elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair : Katniss n'est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses amis et tous les anciens habitants du district Douze sont visés par la colère sanglante du pouvoir. Pour sauver les siens, Katniss doit redevenir le geai moqueur, le symbole de la rébellion. Quel que soit le prix à payer.

http://arbrealettres.files.wordpress.com/2009/08/rose-blanche1.jpg

Mon avis :

Après le deuxième tome, j'avais juste envie de me jeter sur le troisième et dernier. L'envie de savoir ce qui allait se passer maintenant. Dans l'ensemble, c'est un très bon livre mais je le trouve en dessous des deux autres. 

 

Le livre commence dans les ruines du district 12 et on est lancés dès le début dans les idées qui vont mener ce troisième et dernier tome : la mort, la tristesse, la folie et le frustration. En effet, même si ça n'a jamais été très joyeux, ce dernier tome est encore plus sombre. Katniss commence à ne plus supporter les morts qui l'entourent et la pression mise par le capitole mais aussi par la rébellion qui compte sur elle. 

 

On est enfin lancés dans la rébellion, comme dit plus haut. Fini les jeux, la peur et l'oppression, on bouge enfin pour mettre un terme à tout ça. On découvre de nouveaux personnages qui sont prêts à se lancer dans une attaque contre le Capitole et un tout nouvel univers qui nous a été inconnu jusque là. Les anciens personnages que nous connaissions déjà évoluent dans ce nouvel univers, certains facilement d'autres moins.

Au niveau des personnages, les anciens ont évolués et il en apparait de nouveaux. En très raccourci :

On en apprend un peu plus sur Gale qui n'avait fait que des apparitions jusque là. Il a une forte personnalité et est bien décidé à aller jusqu'au bout.

Peeta est moins omniprésent dans ce tome-ci mais tient toujours un rôle important car Katniss essaye de le sauver des griffes du Capitole.

Prim, la soeur de Katniss, a réellement grandi. Elle devient infirmière et s'entraine pour devenir médecin. Elle est aussi très sage et remet par moment Katniss dans le droit chemin.

La mère de Katniss, toujours un peu perdue dans tous les évènements, se réveille un peu et aide à soigner les blessés.

On en découvre beaucoup sur Finnick, ce qui fait de lui un personnage attachant.

Boggs est nettement plus présent aussi, il est ingénieux et apporte beaucoup à Katniss et Finnick principalement mais aussi à Gale et à la rebellion en général.

Des nouveaux personnages : Coin est assez antipathique mais elle a une forte présence et elle est nécessaire dans cette histoire. Je ne l'ai pas appréciée, comme beaucoup de monde à mon avis. Delly est attachante et reste optimiste malgré tout ce qui se passe. Plutarch qu'on avait un peu vu avant se dévoile vraiment ici : un habitué des "bienfaits" du Capitole mais qui sert quand même la rébellion.

 

La fin m'a laissée un peu perplexe, je n'ai pas eu cette habituelle satisfaction de finir un livre. Il manque un petit quelque chose, un je-ne-sais-quoi. Bref, elle était bien mais insuffisante par rapport à la qualité de la série.

 

En bref, un dernier tome qui parait plus long et plus sombre que les autres mais qui était nécessaire pour mettre certaines choses au point. J'ai quand même bien apprécié les développements psychologiques des personnages qu'on suit depuis le premier tome.

Par rapport à la série complète, je la recommande vraiment car c'est une découverte incroyable. 

http://mockingjay.net/wp-content/uploads/2012/03/Suzanne-Collins2.jpg?9d7bd4

une citation : 

- Ne sois pas bête, Katniss. Réfléchis par toi-même. On a fait de toi une arme capable de causer la perte de l'humanité. Si tu as la moindre influence, sers-t'en pour mettre un terme à cette folie. Arrête cette guerre avant qu'il ne soit trop tard. Demande toi si tu as vraiment confiance en ceux avec qui tu combats. Es-tu certaine d'être au courant de tout ? Et sinon ... Cherche.

Repost 0
Published by lalynx - dans dystopie
commenter cet article
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:12

Les fourmis de Bernard Werber est une trilogie dont j'ai lu le premier tome pour le baby-challenge science-fiction.

http://i40.servimg.com/u/f40/12/60/98/99/les_fo10.jpg

Résumé du livre :

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis sont nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonis, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destructrices.

Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Johnathan Wells est loin de se douter qu'il va à leur rencontre.

 

À sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces "infraterrestres", au fil d'un thriller unique en son genre, où ke suspense et l'horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses.

Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des ... fourmis !

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310080-Fourmi_rousse.jpg

mon avis :

J'ai commencé à lire les fourmis pour le baby-challenge de livraddict. Comme j'avais trouvé le livre a 2€ dans une boutique d'occasion c'était l'occasion parfaite de me lancer dans du Bernard Werber pour la première fois. Je m'attendais à un livre sympathique avec de soit-disantes données scientifique sans plus. Malgré tout le foin autour de cet auteur je ne m'attendais pas à quelque chose de génial. Je m'étais trompée.

 

On suit l'histoire de Jonathan, Lucie et Nicolas, une petite famille qui a hérité d'un appartement au rez-de-chaussée d'un immeuble, par un oncle scientifique d'apparence un peu fou. Dans cet appartement il y a une cave remplie de mystères avec l'interdiction formelle d'y aller. En parallèle, nous suivons une fourmi sexuée mâle, le 327e pour être plus précis. En allant dans une mission de reconnaissance avec des guerrières, elles se font toutes tuées par une arme destructrice venue de nulle part. 327e, seul rescapé, essaye de résoudre cette affaire mais personne ne semble disposé à l'aider.

 

Si au début du livre je me suis un peu ennuyée, me demandant où l'auteur voulait en venir, après les 50 premières pages j'étais juste accro à ce livre. On comprend dès le début que cette famille humaine et les fourmis vont se rencontrer d'une manière ou d'une autre. La question est surtout de savoir comment et pouquoi. Si l'histoire de la cave ne m'a pas plus intriguée que ça (biensur je voulais savoir ce qu'il y avait dedans, mais ça ne me perturbait pas), l'enquête de la fourmi me passionait plus. Bon la réponse était évidente, mais c'est surtout de voir comment la fourmi va réussir à élucider cette affaire. Et les petites intrigues autour (comme savoir pourquoi aucune autre fourmi ne réagit) sont vraiment un mystère pendant un moment. La fin du livre avec la résolution de tout ça est totalement logique mais totalement improbable aussi, et ça c'est chouette.

 

En ce qui concerne les personnages, je ne trouve pas qu'ils aient vraiment été poussés jusqu'au bout (mais sans doute dans la suite de la trilogie). 

Jonathan est un homme qui a peur du noir et qui est serrurier, c'est à peu près tout ce qu'on sait pendant un moment. Je ne me suis pas vraiment accrochée à lui.

Lucie, sa femme, est déjà plus intéressante. Elle a l'air d'une femme téméraire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle décide d'aller à son tour dans la cave rechercher son mari qui y passe des journées.

Nicolas, leur fils, est un garçon banal de cet âge là, qui aime la télévision et faire des bêtises avec ses amis. Il cache néanmoins une grande intelligence.

Augusta, l'arrière-grand-mère de Jonathan, est géniale je trouve. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et profite de toutes ces histoires pour s'occuper et s'amuser.

Du coté des fourmis, qui ont aussi leur caractère,

327e mâle est une pauvre fourmi qui se sent perdu. Mais avec sa volonté, il est bien décidé d'aller au bout des choses.

56e femelle est une fourmi qui a un sacré caractère. Elle veut trouver cette arme secrète et est prête à tout pour ça. Elle envisage même de changer des lois établies.

103 683e asexuée de la caste guerrière n'hésite pas non plus à transgresser des règles et aller là où personne d'autre n'ose pour trouver la solution.

Toutes les 3 sont assez maligne, permettant de découvrir toujours plus de choses mais qui posent plus de questions qu'auparavant.

 

J'ai aussi apprécier les petites énigmes qui étaient dans le bouquin. Celle la plus importante "comment faire quatre triangle équilatéraux avec 6 allumettes ?" (d'ailleurs j'ai trouvé 2 solutions ^^) mais aussi d'autres, pas forcément inscrites telles quelles, mais des phrases avec un sens caché.

 

Les phases avec les humains et celles avec les fourmis sont souvent séparés par des extraits du savoir relatif et absolu qui sont réellement intéressants. Ces extraits font réfléchir sur la nature humaine ainsi que notre société par rapport à celles de divers insectes.

 

En bref, un roman pour lequel je n'attendais pas tellement et qui s'est révélé être une excellente surprise. J'espère que celle-ci me permettra de sortir de mon peu d'activité littéraire actuel. Ce livre est un petit bijou avec des comparaisons et des idées étonnantes. Au point que je commence à vouloir m'intéresser aux fourmis.

http://www.bernardwerber.com/images/OeufEcosysteme1b_350.jpg

deux citations :

- Tu parles d'une drôle de façon. Ce n'est qu'une cave après tout, une cave comme il y en a dans tous les immeubles.

- Je n'en suis pas si sûr

 

Lorsque la fourmi a peur, est heureuse ou en rage, ses hormones circulent dans son corps, sortent de son corps et pénètrent dans le corps des autres. Grâce aux phéro-hormones, ou phéromones, ce sont des millions de personnes qui vont crier et pleurer en même temps. Ce doit être une sensation incroyable de ressentir les choses vécues par les autres et de leur faire ressentir tout ce que l'on ressent soi-même...

Edmond Wells,

Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:19

Kane & Abel est un livre écrit par Jeffrey Archer. Je l'ai reçu grace au partenariat entre Le livre de poche et babelio que je remercie.

http://avideslectures.files.wordpress.com/2012/06/kane-abel.gif

Résumé du livre :

Ils sont nés le même jour et pourtant tout les sépare : William Kane et Abel Rosnovski, le fils de banquier de Boston et l'orphelin polonais recueilli par un paysan. À leur naissance, le 18 avril 1906, l'un parait promis à la réussite et à la puissance dans le Nouveau Monde, l'autre condamné à la misère et aux désastres qui ravagent le Vieux Continent.

Mais le destin va réunir ces deux hommes dans une lutte acharnée pour l'argent et le pouvoir, où chacun sait qu'il ne pourra y avoir qu'un gagnant... 

Au coeur de l'Amérique du xxe  siècle, cette odyssée magistrale réinvente le mythe immémorial des jumeaux ennemis. Un roman bouleversant, devenu un livre-culte.

http://4.bp.blogspot.com/-SrEP-hdYHvI/Tm_8Jezp9UI/AAAAAAAAAHI/pXzp_3CYi8c/s1600/cain-and-abel.jpg

mon avis :

Je remercie tout d'abord le partenariat de babelio et le livre de poche pour m'avoir gracieusement offert Kane & Abel. 

Comme son nom l'indique, Kane & Abel revisite le mythe biblique des frères ennemis qui iront jusqu'à se haïr. Mais ici, ils ne sont pas frères. Ils sont nés le même jour dans des familles totalement opposées. William Kane naît dans une famille riche de Boston en Amérique. Son père, son grand-père étaient banquier et William n'y échappera pas. En bref, un enfant né avec tout ce qu'il lui faut pour l'avenir. De l'autre coté Wladeck Koskiewicz (plus tard rebaptisé Abel Rosnovski) naît dans une forêt en Pologne tandis que sa mère meurt durant l'accouchement. Il est recueilli par une famille nombreuse et pauvre. 

Le roman est séparé en différentes parties (8 en tout) par rapport à l'évolution des deux. La première partie couvre leur enfance et leur adolescence et c'est la plus longue. Les parties suivantes sont plus courtes et séparent surtout différents évènements qui se sont passé dans ce siècle.

 

Comme dit juste au-dessus, le roman montre beaucoup d'évènements qui se sont passés durant le xxe siècle. On découvre ou du moins on a une vision différente sur tout ce qu'il s'est passé. Il y a la première guerre mondiale, la domination de la Russie sur les états slavec avec le goulag, la chute de Wall Street, la crise économique qui débouche sur la deuxième guerre mondiale, la guerre froide et la domination américaine d'après guerre. Avec les différentes générations du bouquin, des grands parents aux petits-enfants des personnages principaux, on voit aussi l'évolution des mentalités au cour de ce siècle. C'est assez intéressant de pouvoir suivre tout ça, par l'oeil d'Abel et de Kane, tout en suivant leur combat pour ruiner l'autre.

 

Pendant une grande partie du roman, ils évoluent chacun de leur coté. Ensuite, à partir d'un moment, ils se rencontrent par hasard sans se connaitre. Leurs chemins finissent par se croiser de plus en plus souvent et leur guerre commence. Au départ ce sont des petites choses "insignifiante" auxquelles on ne s'accroche pas trop, voir le lecteur donne raison à l'un d'eux. Mais leur dispute prend vraiment de l'ampleur et devient démesurée. Ils passent leur temps à se mettre des batons dans les roues pour un évènement banal à la base. 

 

Pour les personnages, j'ai autant apprécié Abel et William. Au départ je n'aimais pas trop William car c'est un fils à papa qui est né avec tout pour lui. mais au fil des pages on voit quand même qu'il évolue, qu'avec les évènements qui ponctuent sa vie, il développe une sacré personnalité. Ce n'est pas juste un fils à papa banquier capitaliste qui fait tout pour avoir de l'argent. J'avais en revanche, apprécié Abel dès le début qui est un peu le martyr. Vivant en Pologne il a connu l'occupation allemande et russe, a été dans un camp de travail en Russie et connait pas mal de problèmes. Il a quand même un fort caractère et une détermination qui le pousse a aller de l'avant. Toutefois par moment, je trouvais qu'il agissait comme un idiot (comme un des personnages dira de lui) comme William d'ailleurs durant leur rivalité incessante.

Pour les autres personnages, il y en a un peu beaucoup pour que je les cite tous. Donc je me limiterai à ceux qui m'ont marquée.

matthew Lester, le meilleur ami de William Kane depuis l'adolescence, est un personnage auquel je me suis pas mal attachée. Il est aussi fils de banquier comme William, mais je l'ai trouvé moins terre à terre. Son histoire personelle est aussi importante dans le cours de la vie de William.

Georges Novak, le meilleur ami d'Abel, est aussi un personnage sympa. Un peu libertin et déluré sur les bords. Il suit le rêve américain avec Abel en espérant améliorer sa vie là-bas. Mais il se contente surtout d'attirer toutes les filles qu'il croise. Mais il évolue avec l'âge et devient vraiment un ami précieux pour Abel.

Zaphia est un personnage que je n'ai ni aimé ni détesté. Elle est gentille au début mais n'a jamais vraiment l'air de s'interesser à ce qu'il se passe, juste à se laisser vivre.

Kate est une femme douce et gentille qui donne beaucoup d'elle-même pour son mari et ses enfants. Je trouve que dans l'histoire elle mérite un certain respect.

Henry Osborne est juste un personnage détestable, qui joue avec la loi et les autres pour en tirer un certain profit. Je pense que le but de l'auteur était qu'on le déteste et c'est bien réussi.

 

J'ai vraiment apprécié ce livre, ceci dit je pense qu'il y a quelques années j'aurais eu du mal à le lire. Pour différentes raison.

La première est que, tout simplement, le livre est écrit d'une façon soutenue qui n'est pas forcément facile à lire quand on lit peu. Je le déconseillerai donc aux lecteurs occasionnels.

Ensuite, le livre demande parfois une certaine culture ... ou un dictionnaire à proximité. Entre les mots en polonais au début du livre et les termes financier, ce n'est pas toujours facile. Moi qui ne comprend rien à l'univers économique, je pense que je n'ai jamais appris autant dessus. Je sais maintenant comment fonctionne une banque d'affaire et je comprends mieux la chute de Wall Street.

Ensuite, connaitre l'histoire de Caïn et Abel n'est pas plus mal. Il y a pas mal de référence à l'histoire biblique dans le roman.

 

En bref, un livre que j'ai vraiment apprécié. Une biographie de deux personnages totalements différents (excepté pour leur determination) mais dont les routes se croisent souvent. Que je déconseillerai tout de même aux personnes qui n'ont pas l'habitude de lire. Pour les autres c'est une bonne découverte ou on en apprend quand même beaucoup.

http://static.guim.co.uk/sys-images/Books/Pix/pictures/2009/6/15/1245077900200/Jeffrey-Archer-001.jpg

deux citations :

- Félicitations, monsieur, vous avez un fils. Un joli petit garçon.

<< Ce que l'on peut faire des remarques idiotes quand un bébé naît ! >> songea tout d'abord le père. Comment pourrait-il être autrement que petit ? Puis soudain, ça fit tilt : un fils. Il envisagea de remercie un dieu auquel il ne croyait pas. 

 

Abel se leva et courut, suivi à contrecoeur par le médecin et l'éplucheur de pommes de terre. Ils parcoururent cent mètres, jusqu'à ce qu'ils arrivent dans un pré vert luxuriant, recouvert de crocus blancs et jonché de cadavres.

- c'est un massacre ! hurla Abel en entendant les tirs qui s'éloignaient

Le médecin se garda de tout commentaire ; il avait braillé la même chose trois ans auparavant.

Repost 0
Published by lalynx - dans littérature
commenter cet article

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires