Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:52

Une collection très particulière est un recueil de nouvelles écrit par Bernard Quiriny

http://www.laprocure.com/cache/couvertures/9782021046953.jpg

Résumé du livre :

Des livres qui s'écrivent tout seuls, d'autres qui produisent du courant, d'autres encore que leurs auteurs oublient en même temps qu'ils les rédigent : ce sont des ouvrages pas comme les autres que vous allez découvrir dans cette collection très particulière, une bibliothèque de livres imaginaires inventés par Bernard Quiriny et recueillis par son héros fétiche, Pierre Gould. Certains de ces livres ont sauvé des vies, d'autres ont tué leur possesseur ; il paraît même que certains ont dévoré leur auteurs, qui s'agite depuis à travers leurs pages...

Il n'est pas seulement question de littérature dans ce recueil : on voyage aussi beaucoup, en visitant une dizaine de villes fantastiques - villes symétriques, villes silencieuses, ville où l'on ne vit qu'un jouer sur deux, etc. -, cousines des villes imaginaires qui hantent la littérature.

Et pour couronner le tout, on jette un oeil satirique sur les grands bouleversements qui frappent ou frapperont bientôt notre époque, comme la résurrection en masse des reépassés et l'invention d'un sérum de jeunesse. Entre Borges, Calvino et Marcel Aymé, un festival d'humour et d'invention qui est aussi un hommage ludique aux excentriques et à l'esprit littéraire. 

http://scrat.hellocoton.fr/img/classic/trois-livres-etranges-et-troublants-5098266.png

Mon avis :

 

Une collection très particulière est un roman écrit par Bernard Quiriny qui présente la collection et les aventures d'un certain Pierre Gould. Le livre est séparé en plusieurs parties : Une collection très particulière, dix villes et notre époque.

 

Bernard Quiriny est un auteur belge qui a écrit 5 livres depuis 2005, il a reçu de nombreux prix pour ses deux premiers recueils de nouvelles. De ces livres, 2 sont des romans et 3 des recueils de nouvelles.

 

Dans des discussions entre le narrateur et Pierre Gould, on peut découvrir dans les chapitres ''une collection très particulière'' les livres que conservent Gould, dans des rayons aussi étranges les uns que les autres. Des livres que les lecteurs oublient systématiquement, d'autres qui s'auto-corrigent. Dans les chapitres ''Dix villes'', Gould parle de villes elles aussi très étranges, aussi originales qu'improbables. Enfin, dans les chapitres ''à notre époque'', on suit des articles récapitulatifs d’événements qui se seraient passés ces dernières années, de manière très sérieuse, par exemple un chapitre sur la résurrection qui est devenue habituelle actuellement.

 

Le recueil est très agréable à lire, d'autant plus que l'auteur arrive à nous avoir. En commençant le roman j'ai cru un moment que c'était des histoires vraies, car les premières histoires sont assez probables mais montent en crescendo vers des aventures complètement farfelues. Le sérieux avec lequel le narrateur raconte tout ce qu'il voit donne envie de jouer le jeu et d'y croire.

Les parties « à notre époque » sont mes préférées car on y voit une autre vision du monde actuel, que se passerait-il si les choses étaient autrement, si on pouvait ressusciter ? Si on avait un élixir de jeunesse ? Bernard Quiriny essaye de répondre à ces questions en mettant des mises en situation et en imaginant les conséquences. Cela peut amener au minimum un sourire en imaginant la situation cocasse, mais aussi à de plus grandes réflexions sur la société.

 

Le style d'écriture est très léger donc le livre se lit assez rapidement et facilement. Les sujets restent intéressant. À condition de comprendre le second degré, lire ce roman est un vrai moment de plaisir sans se perdre dans des détails et des réflexions qui empêchent la lecture. Néanmoins, en refermant le livre on peut réfléchir plus à ce qui est mis dedans et revoir notre jugement sur la société.

 

Pour ce qui est des personnages, il n'y en a que deux : le narrateur (certainement Quiriny lui-même) et Pierre Gould. On ne sait pas beaucoup de choses du narrateur, sinon qu'il est ami avec Gould depuis longtemps et qu'il est écrivain à ses heures perdues. Gould est un personnage intéressant qui aime jouer sur le mystère et essayer de faire deviner ce que font ses livres ou les villes étranges où il va. Il a l'air de tout connaître et d'avoir été partout, on se demande comment il a pu obtenir les livres qu'il a dans sa collection. Le roman ne s'accentue pas franchement sur les personnages mais on arriver à apprécier ce fameux Gould qui a l'air aussi atypique.

 

En bref, une collection très particulière est un recueil de nouvelles qui vaut le détour. Il est plaisant et rapide à lire, ne faisant que 185 pages. Il permet beaucoup de réflexions, ça vaut donc le coup de le lire à plusieurs pour pouvoir en parler après plutôt que de rester seul avec ses idées. Les différentes histoires apportent leur lot d'amusement et d'idées intéressantes.  

http://www.lefigaro.fr/medias/2012/04/04/d39c4374-7a7a-11e1-9bc7-3a2136159e27-493x328.jpg

une citation :

Il tenta d'expliquer au chauffeur qu'il était mort la semaine précedente, mais l'autre se contenta de ricaner et le déposa à cinq kilomètres du village où il disait avoir été enterré. Jambier fit la fin du chemin à pied, en se demandant quoi raconter à sa femme.

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 18:01

Amours à mort est un recueil de nouvelles écrit par Dominique Maes, illustrateur et auteur Belge.

http://murmuredessoirs.com/images/mds-maes-amours-couv-sb-300x430.jpg

Résumé du livre :

Treize nouvelles chargées de tendresse et de cruauté pour déguster la cuisine amoureuse "al dente", soigneusement mijotée ou froide comme la vengeance. Mais en fin de compte, il n'y a sans doute aucune recette. Une alchimie improbable entraîne les femmes et les hommes. Chacune et chacun tente de se débrouiller vaille que vaille avec son histoire familiale, ses blessures, ses fantasmes et ses préjugés. Il nous reste à la fin de nos passions quelques souvenirs en demi-teinte, des éblouissements, des petites joies ou des rancœurs. Pas de paradis éternel mais de quoi raconter des histoires et en recommencer de nouvelles

http://www.le-cuisinier.net/generated_content/img/dossiers/thematique_aphrodisiaque.jpg

Mon avis :

Amours à mort, écrit par Dominique Maes, regroupe treize nouvelles tournant autour de l'amour et de la bonne cuisine, qui au final sont liés. Des personnes âgées se retrouvent, des enfants tombent amoureux, tout le monde y trouve son compte. Souvent, un élément négatif entre en jeu, comme pour empêcher cet amour, mais au final l'optimisme gagne toujours. Des histoires romantiques, sans tomber dans le guimauve, pour des nouvelles fraîches comme une salade de fruit.

 

Dominique Maes est un auteur et illustrateur belge. Après avoir passer quelques années à illustrer des albums pour enfant, il se lance petit à petit dans l'écriture. Il partage son temps entre dessins, écriture, musique aimant se lancer dans de nouveaux projets, notamment l'album numérique pour iPad « Bleu de toi » qui permet des interactions avec les images.

 

Ce recueil de nouvelles ne s'adresse en revanche pas aux plus jeunes, au vu des réflexions adultes et des scènes parfois crues ou morbides qui peuplent le récit. Ces scènes donnent, selon moi, plus d'authenticité que les écrivains qui se permettent des ellipses ou des phrases romantiques pleines de sous-entendus cachés. Malgré cela, on y trouve tout de même des moments attachants, mignons, qui font sourire tout au long du bouquin, comme cet enfant qui parle de ses parents :

« Papa et elle se sont enfermés dans la salle de bains, soi disant pour tout nettoyer. Mais Louis sait ce qu'ils ont fait. Ils se sont surement embrassés. Sur la bouche. »

Certaines nouvelles son malgré tout assez subtiles, comme dans la nouvelle « point de vue » où on ne comprend vraiment ce qu'il se passe qu'à la fin.

 

Le style de l'auteur est agréable et facile à lire. On ne sait jamais à quoi s'attendre en commençant une nouvelle. Si on sait que le personnage principal de l'histoire va rencontrer l'amour d'une manière ou d'une autre, on se demande toujours comment. Des retrouvailles, une personne qui se trouvait au bon endroit au bon moment, une longue quête d'acceptation de l'autre, chaque histoire offre son lot de surprise.

Les histoires étant tellement différentes, lire le livre d'une traite n'est pas vraiment le mieux. Il vaut mieux prendre le temps entre deux histoires de la digérer pour passer à autre chose. Contrairement à d'autres livres de nouvelles que j'ai lu, je suis ici incapable de lire plus de deux nouvelles d'affilées sans commencer à me perdre. Je finis par ne plus réussir à me concentrer. C'est un point à la fois positif et négatif. Positif car on peut se concentrer sur une nouvelle à la fois et y réfléchir. Négatif car je n'ai pas pu me plonger totalement dans le livre pour m'enivrer de la lecture, obligée de faire des pauses.

 

En bref, un recueil de nouvelles qui offre son lot d'histoires d'amours, surprenantes, intrigantes. Chaque petit récit est une aventure avec des personnages complètement différents. Aucune histoire ne se ressemble et c'est ce qui fait le charme de ce livre. Je le conseillerai volontiers, surtout qu'il n'est vraiment pas difficile à lire et donne une dose de fraîcheur.

 

C'est le moment de savourer l'amour cuit à feux doux. 

http://www.dominiquemaes.net/dbfiles/actus/Dominique_Maes_l.JPG

une citation :

 Papa et elle se sont enfermés dans la salle de bains, soi disant pour tout nettoyer. Mais Louis sait ce qu'ils ont fait. Ils se sont surement embrassés. Sur la bouche

Repost 0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 20:32

 

Le viking de la sixième avenue est une nouvelle écrite par le nouvelliste Bernard Quiriny. Cette nouvelle est un hommage à la musique et au jazz en particulier.

http://minisym.files.wordpress.com/2009/10/image-03.jpg?w=604

Mon avis :

 

Dans le viking de la sixième avenue, on suit l'histoire d'un narrateur sans nom, récemment devenu serveur dans un petit coin de Manhattan. Un jour, il rencontre « le viking », un artiste de rue assez célèbre dans le quartier.

 

Cette nouvelle, malgré qu'elle soit courte, ne manque pas de références intéressantes au monde du jazz. Pour peu qu'on s'intéresse à cette aventure musicale, la nouvelle est un véritable plaisir à lire, elle est pleine d'émotions et de passages étonnants.

 

Il y a peu de personnages :

Le narrateur, fasciné par cet artiste, manque de descriptions physiques. Il est tout de même attachant par son attirance pour son nouvel ami qui a un aspect rebutant au premier abord. Ce manque de description permet que l'on s'identifie totalement à lui.

Moondog, l'aveugle, artiste de rue qui a des aspects de sans domicile fixe donne pourtant envie de le rencontrer, de le connaître par sa personnalité hors du commun et sa manière de jouer des instruments totalement inconnus pour en faire ressortir des sons mélodiques.

 

Le récit s'oriente, vous l'aurez compris, autour de la musique ainsi que sur la rencontre de deux personnages n'ayant à priori rien en commun, le premier étant un serveur rangé, se plaisant à rencontrer les habitués du café où il travaille, le second étant un personnage totalement atypique faisant de la musique de rue pour le plaisir et non par nécessité. Les deux vouant un amour pour le jazz et les grandes personnalités de ce style. Cette histoire rencontre de nombreux petits rebondissements, sans réellement d'importance mais ajoutant du poids au récit.

 

La fin du récit est prenante et à la hauteur du reste de la narration. Les deux personnages ont lié une amitié à long terme malgré leur différence et le fait qu'ils finissent par s'éloigner, et ils se le prouvent par des clins d'œil aux aventures de leur rencontre passée.

 

En bref, une nouvelle agréable à lire, rapide, pratique pour lire quelque chose dans un moment d'attente ou dans le metro pour avoir quelque chose de plaisant sans devoir prendre un livre entier. Elle ne devrait pas laisser de marbre à condition de se laisser bercer par cet univers musical et d'amitié.

http://strangeflowers.files.wordpress.com/2009/11/moondog12.jpeg

Repost 0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 10:33

La belle au bois dormant est un conte écrit par les frères Grimm que je lis dans le cadre du challenge disney

disney

Résumé (selon babelio) :

Cent ans de sommeil... et le baiser du prince... «À seize ans, la princesse se piquera avec un fuseau et mourra !» Tel est le terrible sort jeté par une fée le jour du baptême d’Aurore. Heureusement une autre fée parvient à adoucir la sentence, transformant la mort de la princesse en un sommeil long de cent ans. Le sortilège s’accomplit et plonge les habitants du château dans un profond sommeil. Bravant le mur de ronces qui encercle le domaine, un prince parvient enfin cent ans plus tard à rejoindre Aurore et la réveille par son doux baiser. Une histoire si belle qu’on la raconte encore aujourd’hui. 

http://a4.idata.over-blog.com/400x300/2/73/27/18/1/La-belle-au-bois-dormant.jpg

mon avis :

Il faut l'avouer, je n'ai quasiment aucun souvenir du disney que je n'affectais pas trop étant enfant. Mais me voilà avec le conte qui fait seulement 5 pages, je ne pouvais donc pas m'empêcher de le lire avant de revoir le dessin animé.

 

Un roi et une reine rêvent d'avoir un enfant, quand un jour une grenouille vient promettre à la reine que d'ici un an elle sera mère. Cela se produit et les heureux parents décident d'inviter toutes les sages-femmes. Mais ils n'ont que 12 couverts en or et 13 sages femmes dans la ville, ils en laissent donc une chez elle plutot que de racheter un couvert. Chaque sage-femme offre à la nouvelle venue dans le monde une vertue : beauté, gentillesse, intelligence, etc. Mais alors que la onzième a prononcé son voeu, la treizième oubliée arrive et prononce sa sentence "à l'âge de 15 ans elle se piquera sur un fuseau et tombera raide morte !". Heureusement la douzième qui n'avait pas encore donné sa vertu change légèrement la donne "la princesse ne mourra pas mais tombera dans un sommeil de cent ans". Et c'est ainsi que se passe la naissance de la belle au bois dormant.

 

Le conte est assez court et le conte comportent beaucoup de "et" ce qui devient répétitif à la longue. Malgré cela, il est agréable à lire. Tout se passe assez vite vu que le conte est court donc on ne peut pas réellement tisser des liens avec les différents personnages. Il reste quand même assez stéréotypé car c'est un conte de base : un roi une reine, un enfant, un mauvais sort qui s'accomplit, un prince cinglé qui brave les dangers malgré que des centaines d'autres ont péri en essayant, un baiser, un mariage et tout le monde est heureux. Donc il n'y a pas vraiment de surprises ou d'étonnement en lisant le conte. Mais il reste un conte phare de l'histoire.

http://lhommeauboisdormant.blogspirit.com/media/00/02/2041762413.jpg

une citation :

Or, à l'instant où elle sentit la piqûre, elle tomba sur le lit qui se trouvait là, et resta plongée dans un profond sommeil. Et ce sommeil se propagea à tout le château.

Repost 0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 12:46

Cendrillon, conte des frères Grimm, ensuite adapté par disney. Je l'ai lu dans le cadre du challenge lancé par isallysun dont les règles sont ici

disney

Résumé (selon babelio) :

Cendrillon rêve d’aller au bal donné par le prince, tout comme les deux filles de sa cruelle belle-mère. Mais la marâtre, qui régente toute la maisonnée et impose à la jeune fille d’effectuer les plus viles besognes, fera tout pour l’en empêcher. Cependant, la douce et belle jeune fille peut compter sur le soutien d’un mystérieux oiseau blanc...

http://sonsetcouleurs.net/resources/_wsb_430x321_disney-fond-ecran-cendrillon06.jpg

mon avis :

Cendrillon, par les frères Grimm, est un conte assez court et relativement répétitif. Chaque action se répète plusieurs fois jusqu'à ce que ça porte ses fruits d'une manière ou d'une autre. 

 

Comparaison avec le disney : Il faut bien dire que les princesses disney ne sont pas mes préférées (Cendrillon, la Belle au bois dormant, Blanche-neige) donc ce n'est pas de celui-ci dont j'ai le plus de souvenir. Je trouve quand même que disney l'a adapté sans trop tout changer, excepté qu'il n'y a pas de marraine la bonne fée ici et que Cendrillon ne parle pas à des souris et des oiseaux, mais fais un voeux qui se réalise toujours sur la tombe de sa mère. 

 

Pour parler de l'histoire en elle-même, Cendrillon est appellée comme ça car elle est toujours pleine de cendre. Après la mort de sa mère, son père se remarie avec une méchante marâtre ayant déjà deux filles détestables. Tout le monde prend cendrillon pour une souillon, même son père. Mais, lors de sa mort, sa mère lui a dit de toujours être bonne et pieuse et qu'elle veillerait sur elle. Cendrillon accepte donc toutes ces insultes et méchancetés sans dire mot, jusqu'au jour où le prince demande à toutes les filles du royaume de venir au bal pour trouver sa future femme. Grâce aux voeux que Cendrillon fait sur la tombe, elle peut aller au bal où elle rencontrera le prince. 

C'est une histoire d'amour assez courte avec un chevalier servant qui emmène sa princesse sans même la connaitre comme il en existe plusieurs. Le fait que Cendrillon accepte toutes les méchancetés sans broncher m'exaspère toujours mais il y a quand même une justice vu que les soeurs ne seront pas prises par le prince.

 

[risque de spoiler dans ce paragraphe, mais bon tout le monde connait l'histoire] J'ai aimé (oui, aimé) le coté un peu plus gore du livre. ça rend vraiment justice à mon gout et on se rend compte à quelle point la belle-mère s'en fiche du bonheur de ses filles tant qu'elle peut avoir la richesse. Lorsque le prince revient avec le soulier de Cendrillon, les belles-soeurs de Cendrillon l'essayent. La première ayant l'orteil trop gros, sa mère lui demande de se couper l'orteil pour que ça entre dans la chaussure. Mais le prince, grâce à la colombe qui exauce les voeux de Cendrillon, remarque le sang et reviens. La deuxième soeur se coupe une partie du talon pour la même raison. Le prince le remarque de la même façon. Aussi, au mariage de Cendrillon avec le prince, ses belles-soeurs essayent d'obtenir ses faveurs, mais deux colombes viennent leur crever un oeil pour les punir de leur perfidie. Même si c'est assez glauque je trouve que ça rend justice et que c'est surtout symbolique.

 

Bref, mes critiques deviennent de plus en plus longue (non ça n'a aucun rapport, juste une constatation). Ce conte est court mais reste suffisant. J'ai bien aimé même si ce n'est pas mon conte préféré vu que je ne suis pas fan des histoires à l'eau de rose dans ce style. Je le trouve intéréssant. 

http://www.painting-palace.com/files/161/16095_Cinderella_Grimms_Fairy_Tale_f.jpg

une citation :

Rentré chez lui, il donna à ses belles-filles ce qu'elles avaient souhaité. Et à Cendrillon la branche de noisetier. Cendrillon le remercia. alla sur la tombe de sa mère et y planta la branche. et pleura si fort que ses larmes tombèrent dessus  et l'arrosèrent. Or le rameau grandit et devint un bel arbre.

Repost 0
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 15:09

J'ai lu l'histoire d'Aladin dans sa version adaptée et racontée par Marie-Ange Spire dans le cadre du défi disney lancé par isallysun dont les règles sont ici

disney

résumé du livre :

Aladin, fils du tailleur, n'en croit pas ses oreilles : un mystérieux oncle revenu d'Afrique lui offre de devenir marchand d'étoffes.

En échange, Aladin devra s'aventurer dans les profondeurs d'un souterrain pour lui en rapporter une lampe magique. Mais rien ne se passe comme prévu. Prisonnier sous la terre, Aladin parviendra-t-il à maîtriser les pouvoirs de la lampe ?

http://gtwallpaper.com/fondecran/aladdin/aladdin_01.jpg

mon avis :

Le récit de l'histoire d'Aladin est très différent de l'Aladdin de disney. L'histoire, les enjeux ne sont pas les mêmes.

 

Pour commencer par les comparaisons entre les deux, pour commencer ce n'est pas le vizir le "méchant" mais un magicien africain se faisant passer pour l'oncle d'Aladin (ce qui n'est pas réellement du spoil car ce n'est pas caché). Ensuite il y a 2 génies et il n'est pas limité à 3 voeux. L'histoire se déroule donc relativement différente.

 

Pour parler du récit en lui-même, je dirais qu'il est divisé en 3 parties : la première où le faux oncle d'Aladin le mène en bateau, la deuxième où Aladin découvre la princesse et demande à sa mère de lui demander sa main, et enfin une troisième partie ou le magicien africain essaye de se venger d'Aladin qui a prit la lampe magique.

 

Dans la première partie, il n'y a pas vraiment de suspens, on sait que la personne qui se présente comme l'oncle d'Aladin ne l'est pas par les tournures de phrases (voir citation). C'est surtout, à mon avis, une manière de montrer la situation de vie d'Aladin et de sa mère.

La deuxième partie est déjà plus intérressante, Aladin tombe amoureux de la princesse mais ne sait pas comment l'approcher pour demander sa main, surtout que le fils du vizir est sur le coup aussi. On voit donc comment il se sert du génie de la lampe pour tenter d'obtenir une audience avec le roi et se faire accepter malgré ses origines modestes.

Et enfin la troisième l'est encore plus car c'est le moment où on voit que la princesse Badroulboudour l'aime aussi (jusque là on n'a que les sentiments éperduments amoureux d'Aladin, on ne connait pas ceux de la princesse qui a plus l'air d'accepter le mariage tant qu'il y a des richesses ... hm hm ... Donc cette partie fait remonter un peu l'estime de la princesse). Et on retrouve ce bon vieux magicien prêt à tout pour le tuer.

 

Bref, un chouette conte, agréable et rapide à lire (89 pages avec une grande police d'écriture et des illustrations) avec une jolie morale et une histoire d'amour toute mimi-romantique. Je le conseillerais aux parents voulant faire lire leur enfants.

http://3.bp.blogspot.com/_W9esbBBMrcQ/TVAZG3SZ7vI/AAAAAAAAAh4/sbMzIjW8ZdE/s1600/ALADIN-web3.gif

(cliquez pour voir en grand, a gauche le palais qu'Aladin construit pour la princesse et à droite la princesse elle-même quand Aladin la voit pour la première fois en se cachant dans le hamam, le petit coquinou)

une citation :

Aux premières heures de la journée, l'étranger accompagna son prétendu neveu dans une échoppe où l'on vendait de très beaux habits. Sans discuter le prix, il acheta le costume convoité par Aladin qui n'en revenait toujours pas.

Repost 0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 19:13

La petite sirène est l'un des contes d'Andersen repris par les studios Walt Disney pour en faire un dessin animé. Je l'ai lu dans le cadre du challenge propose par isallysun

pour lire les règles du challenge, cliquez ici

disney

mon avis :

La petite sirène d'Andersen a inspiré Disney et commence de la même façon : Le roi des mers, un triton veuf, habite dans son chateau avec ses 5 filles. La plus jeune des filles est passionnée par le monde des humains et tombe amoureuse d'un beau prince. Elle décide de voir une sorcière pour devenir humaine. La suite en revanche est assez différente, si vous souhaitez garder votre âme d'enfant je vous le déconseille.

http://chezminette87.c.h.pic.centerblog.net/o/3dcd02dd.jpg

Si le conte est bien destiné aux enfants, elle prend un aspect différent du dessin animé, ma comparaison s'arrête là car je vais parler du conte en lui-même.

 

La petite sirène est assez attachante, c'est une jeune fille rêveuse et qui aspire à une autre vie. Pour ses choix et son amour elle est prête à tout, quitte à en souffrir. Elle sait ce qui l'attend et l'accepte après avoir tout essayer pour changer cela.

 

La religion est très présente à mon goût dans l'histoire. La petite sirène aspire à être humaine aussi pour obtenir une âme qui lui permettra, à sa mort, de rejoindre le royaume de Dieu, alors que les sirènes même si elles vivent plus longtemps que les hommes n'ont pas d'âme éternelle. J'ai l'impression que le conte vise essentiellement à expliquer aux enfants de l'époque qu'il faut être heureux d'être un humain, ne pas vouloir changer et qu'il faut faire le bien pour obtenir un avenir meilleur.

 

L'histoire si je ne la connaissais pas du disney ne m'aurait pas accrochée plus que ça. Elle est assez courte (+/- 20 pages) et tout s'enchaîne très vite. Ce qui fait qu'on n'a pas réellement le temps de s'accrocher aux personnages et de bien comprendre les enjeux de l'histoire. En outre, il y a beaucoup de répétition qui deviennent lourds par moments (voir la première citation).

 

En bref, un chouette conte assez agréable et rapide à lire, quoique un peu triste, qui change fortement du dessin animé qui a repris une partie de l'histoire. 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2d/Bertall_ill_La_Petite_Sir%C3%A8ne.png/300px-Bertall_ill_La_Petite_Sir%C3%A8ne.png

deux citations : 

"Au large dans la mer, l'eau est bleue comme les pétales du plus beau bleuet et transparente comme le plus pur des cristal."

"Le soleil venait de se coucher lorsqu'elle sortit sa tête à la surface, mais les nuages portaient encore son reflet de rose et d'or et, dans l'atmosphère tendre, scintillait l'étoile du soir si douce et si belle ! L'air était pur et frais, et la mer sans un pli"

Repost 0
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 19:19

Madame Le Prince de Beaumont a écrit divers contes, dont celui de la belle et la bête. J'ai lu la version e-reader comprenant deux fois la belle et la bête illustrée (la première par Edmund Dulac et la seconde par Walter Crane) ainsi que d'autres contes : Aurore et aimée, Belote et laideronette, Conte des trois souhaits, Conte du pêcheur et du voyageur, Joliette, La curiosité, La veuve et ses deux filles, Le prince charmant, Le prince Chéri, Le prince Désir, Le prince Fatal et le prince Fortuné, Le prince Tity et enfin le Prince Spirituel.

http://www.audiocite.net/illustrationlivres/leprincedebeaumont1large.jpg

Résumé du livre (selon Livr@ddict) :

Pour une rose cueillie dans son jardin, la Bête garde la Belle prisonnière. Faudra-t-il mourir sous les griffes du monstre ? Ou l'amour et la magie feront-ils des miracles ?

Quatre contes où les princesses sont si belles qu'on en tombe amoureux rien qu'à voir leur portrait... Les sorcières et les traîtres font tout le mal qu'ils peuvent, mais heureusement, le courage triomphe et les fées arrangent tout !

http://scrat.hellocoton.fr/img/medium/la-belle-et-la-bete-jeanne-marie-leprince-de-beaumont-2601444.png

Mon avis :

Comme (presque) tout le monde, j'ai vu le dessin animé de Disney "La belle et la bête". Mais je voulais savoir d'où provenait cette histoire (comme je risque de le faire avec beaucoup d'oeuvres qui ont inspirés Disney par la suite). C'est donc avec plaisir que j'ai lu ce conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont. Je vais exceptionnellement expliquer la structure de ma critique : Un paragraphe sur la belle et la bête, un sur les autres contes et enfin un dernier sur l'oeuvre en général. La citation vient du conte "Le prince Fatal et le prince Fortuné"


Si j'ai eu envie de connaitre les contes de cette auteur, il faut bien avouer que c'est grâce au succès de Disney. Pour faire une petite comparaison (sans juger l'un mieux que l'autre) on peut remarquer qu'il y a quelques différences dans l'histoire. Il n'y a pas d'autres prétendant récurrent comme dans le dessin animé, la Belle a des frères (dont on ne parle quasiment pas) et des soeurs (on a envie de leur mettre des baffes). La morale elle-même est assez différente même si elle reste sous-entendue. L'histoire dans le fond reste la même, une femme, très belle, se retrouve enfermée à la place de son père dans le château d'une bête qui se trouve amoureux de la femme. Le style est très agréable à lire et on oublie totalement la version animée en se plongeant dans ce monde.


Les autres contes ont été une très agréable découverte. On peut y retrouver des grands royaumes avec des princes où le plus vaniteux ne gagne jamais. Les fées profitent à ceux qui ont une certaine grandeur d'âme et qui ne se soucient pas de l'apparence. La thème est presque le même donc dans tous les contes : L'intelligence/la connaissance, le peu d'importance accordée à la beauté ou au statut social, être modeste et offrir aux plus pauvres.


On peut remarquer aussi que dans tous les contes on peut retrouver de la religion. Si il y a des fées, elles ont plutôt l'air d'ange venant assurer les volontés de Dieu. Même si tous ces contes ont donc pas mal de point commun dans leur thème et dans la religion, chacun à sa particularité et sa propre âme. Entre Fatal et Fortuné, qui sont rivaux : l'un n'a pas de chance mais travaille a devenir quelqu'un de bon et se fait aimer, l'autre réussit dans tout ce qu'il désir mais en profite pour ne rien apprendre et faire le mal, et Belote et Laideronette, où Belote découvre que sa beauté ne suffit pas et se fait aider par Laideronette, donc point de concurrence entre les personnages, on peut voir une grande différence dans l'avancement du récit.


En bref, une bonne découverte que je ne regretterai pas. Je le conseille à toutes les personnes aimant lire des contes, surtout que ça se lit vite et quel que soit l'âge de la personne c'est plaisant.

http://www.audiocite.net/illustrationlivres/leprincedebeaumont1auteur.jpg

une citation :

- Madame, lui répondit Fatal, je voudrais de tout mon coeur vous rendre service, mais j'aimerais mieux mourir que de dire un mensonge et être un voleur.

- Tu n'es qu'un sot, lui dit cette femme; personne ne saura que tu as fait cela.

- Dieu le saura, madame, répondit Fatal; il voit tout ce que nous faisons et punit les menteurs et ceux qui volent.

Repost 0

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires