Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 19:12

Les fourmis de Bernard Werber est une trilogie dont j'ai lu le premier tome pour le baby-challenge science-fiction.

http://i40.servimg.com/u/f40/12/60/98/99/les_fo10.jpg

Résumé du livre :

Le temps que vous lisiez ces lignes, sept cents millions de fourmis sont nées sur la planète. Sept cents millions d'individus dans une communauté estimée à un milliard de milliards, et qui a ses villes, sa hiérarchie, ses colonis, son langage, sa production industrielle, ses esclaves, ses mercenaires... Ses armes aussi. Terriblement destructrices.

Lorsqu'il entre dans la cave de la maison léguée par un vieil oncle entomologiste, Johnathan Wells est loin de se douter qu'il va à leur rencontre.

 

À sa suite, nous allons découvrir le monde fabuleusement riche, monstrueux et fascinant de ces "infraterrestres", au fil d'un thriller unique en son genre, où ke suspense et l'horreur reposent à chaque page sur les données scientifiques les plus rigoureuses.

Voici pour la première fois un roman dont les héros sont des ... fourmis !

http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1310080-Fourmi_rousse.jpg

mon avis :

J'ai commencé à lire les fourmis pour le baby-challenge de livraddict. Comme j'avais trouvé le livre a 2€ dans une boutique d'occasion c'était l'occasion parfaite de me lancer dans du Bernard Werber pour la première fois. Je m'attendais à un livre sympathique avec de soit-disantes données scientifique sans plus. Malgré tout le foin autour de cet auteur je ne m'attendais pas à quelque chose de génial. Je m'étais trompée.

 

On suit l'histoire de Jonathan, Lucie et Nicolas, une petite famille qui a hérité d'un appartement au rez-de-chaussée d'un immeuble, par un oncle scientifique d'apparence un peu fou. Dans cet appartement il y a une cave remplie de mystères avec l'interdiction formelle d'y aller. En parallèle, nous suivons une fourmi sexuée mâle, le 327e pour être plus précis. En allant dans une mission de reconnaissance avec des guerrières, elles se font toutes tuées par une arme destructrice venue de nulle part. 327e, seul rescapé, essaye de résoudre cette affaire mais personne ne semble disposé à l'aider.

 

Si au début du livre je me suis un peu ennuyée, me demandant où l'auteur voulait en venir, après les 50 premières pages j'étais juste accro à ce livre. On comprend dès le début que cette famille humaine et les fourmis vont se rencontrer d'une manière ou d'une autre. La question est surtout de savoir comment et pouquoi. Si l'histoire de la cave ne m'a pas plus intriguée que ça (biensur je voulais savoir ce qu'il y avait dedans, mais ça ne me perturbait pas), l'enquête de la fourmi me passionait plus. Bon la réponse était évidente, mais c'est surtout de voir comment la fourmi va réussir à élucider cette affaire. Et les petites intrigues autour (comme savoir pourquoi aucune autre fourmi ne réagit) sont vraiment un mystère pendant un moment. La fin du livre avec la résolution de tout ça est totalement logique mais totalement improbable aussi, et ça c'est chouette.

 

En ce qui concerne les personnages, je ne trouve pas qu'ils aient vraiment été poussés jusqu'au bout (mais sans doute dans la suite de la trilogie). 

Jonathan est un homme qui a peur du noir et qui est serrurier, c'est à peu près tout ce qu'on sait pendant un moment. Je ne me suis pas vraiment accrochée à lui.

Lucie, sa femme, est déjà plus intéressante. Elle a l'air d'une femme téméraire qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle décide d'aller à son tour dans la cave rechercher son mari qui y passe des journées.

Nicolas, leur fils, est un garçon banal de cet âge là, qui aime la télévision et faire des bêtises avec ses amis. Il cache néanmoins une grande intelligence.

Augusta, l'arrière-grand-mère de Jonathan, est géniale je trouve. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et profite de toutes ces histoires pour s'occuper et s'amuser.

Du coté des fourmis, qui ont aussi leur caractère,

327e mâle est une pauvre fourmi qui se sent perdu. Mais avec sa volonté, il est bien décidé d'aller au bout des choses.

56e femelle est une fourmi qui a un sacré caractère. Elle veut trouver cette arme secrète et est prête à tout pour ça. Elle envisage même de changer des lois établies.

103 683e asexuée de la caste guerrière n'hésite pas non plus à transgresser des règles et aller là où personne d'autre n'ose pour trouver la solution.

Toutes les 3 sont assez maligne, permettant de découvrir toujours plus de choses mais qui posent plus de questions qu'auparavant.

 

J'ai aussi apprécier les petites énigmes qui étaient dans le bouquin. Celle la plus importante "comment faire quatre triangle équilatéraux avec 6 allumettes ?" (d'ailleurs j'ai trouvé 2 solutions ^^) mais aussi d'autres, pas forcément inscrites telles quelles, mais des phrases avec un sens caché.

 

Les phases avec les humains et celles avec les fourmis sont souvent séparés par des extraits du savoir relatif et absolu qui sont réellement intéressants. Ces extraits font réfléchir sur la nature humaine ainsi que notre société par rapport à celles de divers insectes.

 

En bref, un roman pour lequel je n'attendais pas tellement et qui s'est révélé être une excellente surprise. J'espère que celle-ci me permettra de sortir de mon peu d'activité littéraire actuel. Ce livre est un petit bijou avec des comparaisons et des idées étonnantes. Au point que je commence à vouloir m'intéresser aux fourmis.

http://www.bernardwerber.com/images/OeufEcosysteme1b_350.jpg

deux citations :

- Tu parles d'une drôle de façon. Ce n'est qu'une cave après tout, une cave comme il y en a dans tous les immeubles.

- Je n'en suis pas si sûr

 

Lorsque la fourmi a peur, est heureuse ou en rage, ses hormones circulent dans son corps, sortent de son corps et pénètrent dans le corps des autres. Grâce aux phéro-hormones, ou phéromones, ce sont des millions de personnes qui vont crier et pleurer en même temps. Ce doit être une sensation incroyable de ressentir les choses vécues par les autres et de leur faire ressentir tout ce que l'on ressent soi-même...

Edmond Wells,

Encyclopédie du savoir relatif et absolu.

 

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 18:05

Des fleurs pour Algernon est un livre de science-fiction particulièrement émouvant écrit par Daniel Keyes. Il a aussi été adapté en film et je l'ai lu pour le baby-challenge sciences-fiction

http://storage.canalblog.com/84/11/835996/62587653.jpg

Résumé du livre :

Il s'appelle Charlie Gordon, c'est un simple d'esprit, un minable, employé aux plus basses besognes dans une usine. Algernon, elle, est une souris de laboratoire et le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler son intelligence. Les deux savants tentent alors d'appliquer leur découverte à Charlie avec l'assistance de la jeune psychologue Alice Kinnian.

C'est bientôt l'extraordinaire éveil de l'intelligence de ce cerveau demeuré. Charlie découvre avec passion un monde dont il avait toujours été exclu, et l'amour qui ne tarde pas à naître entre Alice et lui achève de le métamorphoser.

Mais un jour, les facultés supérieures de la souris Algernon déclinent. Pour Charlie commence alors le drame atroce d'un homme qui peu à peu se sent retourner à l'état de bête.

http://1.bp.blogspot.com/_ErMBIkUe7CU/SKwJ5J2KPtI/AAAAAAAACl4/glU_pHt8BYI/s400/2199520904_bdba185ae0.jpg

mon avis :

Pour commencer, je tiens à rattraper les "erreurs" du résumé du livre : Charlie ne travaille pas dans une usine mais dans une boulangerie et Alice Kinnian n'est pas vraiment psychologue mais professeur pour adultes attardés. 

Ceci fait, je commence donc ma critique.

Des fleurs pour Algernon est un livre de sciences-fiction particulièrement touchant. On y voit un homme attardé mental heureux dans sa peau mais qui désire une chose : être "un télijan". Le livre est composé des comptes rendus écrits par lui-même, on suit donc bien l'évolution de son écriture (qui est difficile à lire au début) et de sa manière de penser. Il va subir une opération pour élever son quotient intellectuel et au début il est persuadé que ça va se faire du jour au lendemain mais il se rend compte que ça prend plus de temps que ça.

 

Son évolution est quand même rapide, il apprend à se souvenir d'évènements, à réflechir à la situation, il a soif de connaissances mais son quotien émotionnel ne suit pas. Il reste à ce niveau là comme un jeune garçon prépubère. Il est attiré par Alice mais agit avec elle comme un adolescent ; il ne sait pas du tout comment se comporter avec les autres et ça donne beaucoup de réalisme au roman. Il espère devenir intelligent pour se faire des amis mais comme son QI les dépasse vite largement et qu'il ne sait toujours pas comment se comporter, il se retrouve assez vite confronté à lui-même.

 

Si le livre est touchant et bien réalisé, j'émets quand même ici un gros coup de gueule sur une idée stéréotypée. Avoir un QI élevé donne une grande soif de connaissance, certes je peux l'imaginer. Mais il est impossible d'apprendre en 4-5 mois (dont un mois avec un QI en dessous de 100) autant de choses. En à peine quelques mois, Charlie connait 20 langues et possède des connaissances dans des domaines tels que la géographie, les mathématiques, la physique, la chimie, la biologie et d'autres encore. Et pas de maigres connaissances : il surpasse les personnes qui travaillent au labo. Non, juste non. Apprendre une langue se fait sur du long terme. Même un surdoué avec un QI de 185 ne peut pas être doué dans toutes les matières ni en connaitre autant en si peu de temps, sinon leur vie doit être bien ennuyante.

 

Excepté ce gros coup de gueule qui je trouve a été encore exagéré dans ce livre, l'évolution psychologique de Charlie et les réactions de ses connaissances autour de lui sont très intéressantes. On peut voir qu'il découvre qu'on se moquait de lui avant et il devient hautain et aggressif. Les autres réagissent chacun à leur manière.

J'ai aussi aimé l'association entre Charlie et Algernon. Si on parle peu de la souris au début, elle devient très importante par la suite. Charlie se voit dans Algernon et ils se comprennent mutuellement. Ils passent par les mêmes étapes. Lorsque la souris décline on en est profondément affecté, aussi parce qu'on sait que Charlie va décliner aussi.

 

La fin est incroyablement émouvante, même si elle était en quelque sorte prévue. La manière dont c'est écrit fout un gros coup de poing.

 

En bref, un livre qui m'a touchée et ému. J'ai vraiment apprecié ce livre et je suis contente que ce challenge me l'ait fait connaitre.

http://www.futurumbooks.com/contents/media/bigcharlydvd.jpg

deux citations :

6 avril. Aujourd'hui, j'ai appris la virgule, qui est, virgule (,) un point avec, une queue, Miss Kinnian, dit qu'elle, est importante, parce qu'elle permet, de mieux écrire, et elle dit, quelqu'un pourrait perdre, beaucoup d'argent, si une virgule, n'est pas, à la bonne place.

 

26 avril. Je sais que je ne devrais pas traîner dans le collège quand j'ai fini au labo, mais de voir ces garçons et ces filles qui vont et viennent avec leurs livres, et de les entendre parler de ce qu'ils apprennent durant leurs cours, cela m'excite.

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 19:50

H2G2 est une série de romans de sciences-fiction écrits par Douglas Adams. Le premier livre a été adapté en film et est une grande référence pour les geeks déjantés =).

http://repertoirescience-fiction.pagesperso-orange.fr/images/imagesdelivres/leslivres/auteurs_a/adams_douglas/h2g2_tome1_foliosf_utilise.jpg

résumé du livre :

Comment garder tout son flegme quand on apprend dans la même journée : que sa maison va être abattue dans la minute pour laisser place à une déviation d'autoroute; que la Terre va être détruite d'ici deux minutes, se trouvant, coïncidence malheureuse, sur le tracé d'une future voie express intergalactique ; que son meilleur ami, certes délicieusement décalé, est en fait un astrostoppeur natif de Bételgeuse et s'apprête à vous entraîner aux confins de la galaxie ?

Pas de panique !

Car Arthur Dent, un Anglais extraordinairement moyen, pourra compter sur le fabuleurs Guide du voyageur galactique pour l'accompagner dans ses extraordinaires dérapages spatiaux moyennement contrôlés.

http://www.digital-eel.com/blog/images/babel1.jpg

mon avis :

Après avoir vu le film, je n'avais qu'une envie : lire le livre pour connaître la véritable histoire (ne faisant pas confiance aux adaptations). Je n'ai pas été déçue dans l'univers farfelu inventé par Douglas Adams. Un style décalé, d'incroyables coïncidences et du suspens pas du tout insoutenable, voilà ce que reserve H2G2, un pur plaisir à lire.

 

L'auteur aime jouer avec les coïncidences dûes principalement au "générateur d'improbabilité". Comme dit plus haut, le style d'écriture est assez originale. On sent le flegme et l'humour particulier Britannique avec du délire en tout moment, style Monty Python. Ceci dit, si j'adore cet humour décalé, quelqu'un qui aime lire des livres sérieux ou qui ont du mal avec le "trop de délire" n'y trouverons aucun plaisir. Pour les autres, qui aiment ce délire, c'est une grande partie de plaisir ponctuée d'éclats de rire à tout moment. 

 

Pour entrer un peu plus dans l'histoire (vu que j'y entre au 3ème paragraphe je sens que cette critique va être longue), commençons par les différents personnages. Pour les présenter un peu : Arthur Dent, terrien qui se retrouve dans l'espace grâce à son meilleur ami qui l'aide à s'échapper avant que la Terre soit détruite, Ford, meilleur ami d'Arthur qui est resté 15 ans sur Terre mais originaire d'une autre planète, Zaphod Beeblebrox président de la galaxi possédent 2 têtes et 3 bras et au passage cousin de Ford et enfin Trillian, Terrienne aussi qui a rejoint Zaphod dans ses expeditions, on n'en sait pas plus. 

Je ne sais pas trop quoi penser de Zaphod, c'est un personnage complétement cinglé et on ne sait pas si il est complètement con ou extrêmement intelligent, c'est assez perturbant. 

Pour Arthur, il est complètement perdu et un peu lent à la détente, mais bon c'est assez normal pour quelqu'un qui se retrouve sans maison, sans planète dans l'immensité de l'espace.

Ford me fait rire, il est décalé et trouve quasiment tout normal, limite il parait étonné quand Arthur ne comprend pas.

Trillian est gentille et parait être la seule personne censée de ce groupe.

Et j'oubliais dans ma présentation, Marvin le robot maniaco-depressif super intelligent qui les accompagne partout. J'adore ce robot même si il est extremement déprimant.

 

AH je vous avais bien dit que cette critique serait longue ! Donc continuons dans l'histoire, contrairement au film où je ne comprenais pas toujours pourquoi ils faisaient certaines choses, dans le livre tout est expliqué, notamment par des articles du voyageur galactique et des flash-back (ainsi que des anecdotes sans grand rapport) bien qu'on ne comprenne pas toujours directement quel est le rapport. 

 

En bref, je vais lire le tome 2 d'ici peu de temps et j'espere que ce sera toujours aussi déjanté. 

http://spacegeek.fr/wp-content/uploads/2011/08/don__t_panic.jpg

une citation :

Zaphod Beeblebrox avait quitté le petit spatioport de l'île de Pâques (ce nom est une coïncidence sans aucune signification : en langalactik, Pâques signifie "petit, plat et brun clair") en direction de l'île du Coeur-en-or qui par une autre coïncidence sans plus de signification se trouvait s'appeler France.

Notons que l'un des effets secondaires du projet Coeur-en-or avait été d'induire tout un tas de coïncidences sans signification.

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 09:30

La colère végétale est un roman écrit par Monique Watteau en 1954. C'est une histoire d'amour fantastique. 

http://pics.librarything.com/picsizes/58/59/58599f4f97dce76593442665777434d414f4541.jpg

Résumé :

Imagine-t-on que les arbres, les herbes, les fleurs, les algues, en somme tous les végétaux puissent un jour se dresser contre les hommes et devenir à leurs yeux des montres et le mal personnifié ? Imagine-t-on seulement qu'une jeune femme puisse être l'objet privilégié de leurs désirs - la victime de leur révolte ? pourtant quand les végétaux deviennent démons, la réalité n'est qu'un leurre, l'amour qu'une illusion. Et tout alors est maléfice, terreur et sortilèges.

http://a6.idata.over-blog.com/300x291/0/44/21/09/FB/Image-2-copie-2.png

mon avis :

La colère végétale est un livre prenant. Les végétaux y sont partout présents mais on ne saisit pas toute l'implication avant un bon bout de temps. L'histoire d'amour commence en trombe pour s'épanouir par après. Il y a peu de personnages dans le roman : Juste le couple Jennifer et Mara, leur ami Khan et leur Saïmiri. 


J'ai trouvé la mise en place de l'histoire extrêmement longue pour un si court bouquin (180 pages). Alors qu'une fois qu'on commence à vraiment comprendre ce que sont vraiment les végétaux, et ce qu'ils veulent, l'action se passe à une vitesse folle.


L'histoire d'amour m'a étrangement fait penser à Roméo et Juliette avec d'autres protagonistes évidemment. Mais d'après moi on suit le même schéma dans ce livre. La magie et la peur du monde qui les entoure tout en essayant de sauver leur amour donne un petit coté romantique très mignon. Le déroulement et la fin de cette histoire est bien pensée et trouvée. 


J'ai été fréquemment étonnée de la tournure du bouquin et en général je l'ai apprécié. pas de là à en faire mon roman préféré mais je m'en souviendrais bien. Je le conseillerais bien à mes amis mais je pense qu'il est introuvable en magasin maintenant (je l'ai moi-même acheté chez un bouquiniste). Si vous le désirez, il est dans la collection marabout. Je le déconseillerais seulement aux jeunes personnes vu son contenu assez explicite.

http://img.fotocommunity.com/Nature/Arbres/STRESS-STRESS-OH-STRESS-a21907322.jpg

une citation :

A Bâli, je le savais, on apporte des fleurs et des fruits à l'âme des arbres, mais en lui entendant attacher tant d'importance à ces gestes charmants et puérils, je ne pus m'empêcher de sourire.

- Ce n'est pas pour cela qu'il est mort, petite fille. Il était sûrement tout sec déjà...

et elle me répondit :

- Je suis jeune, moi. Si j'avais eu plus de bonté pour lui, il aurait bu un peu de mon âme dans mes offrandes, dans mon amitié. Il aurait rajeuni, si je l'avais aidé...

Elle avait l'air d'une toute petite fille, tant elle était grave.

- C'est moi que tu dois rajeunir, dis-je en souriant. C'est moi qu'il faut empêcher de vieillir. J'ai besoin de ton âme. J'ai besoin de ton air d'enfance, Jennifer. C'est à moi qu'il faut donner une autre jeunesse.

Alors elle sourit aussi, et se serra contre moi en frissonant. Puis elle dit :

- Oui, c'est vrai. Il n'y a plus que toi, maintenant.

Et nous avons oublié l'arbre, et sa mort, et la mort ; nous avons tout oublié, bientôt noués l'un à l'autre sur le tapis de lichen des marches du temple, trop amoureux pour avoir saisi la signification terrifiante de l'incident.

Repost 0
Published by lalynx - dans science-fiction
commenter cet article

lalynx

Livres en cours

Livre en cours      

/

Jeu en cours 

Eternal Sonata

Série en cours

Fringe

voir tous les livres de la PAL en cliquant ici

Sites littéraires